Hugues Rajaonson : Nécessité de mettre en place une politique minière

Le mois dernier, la question de savoir ce que le secteur minier a apporté au pays a défrayé la chronique. Les avis sont partagés. Si certains estiment que les compagnies minières n’ont pas contribué suffisamment à l’économie du pays, d’autres font part du rôle qu’elles jouent dans le développement économique et social.

A maintes reprises, le taux de redevances minières a été sujet à des polémiques. Pour l’économiste Hugues Rajaonson, les redevances minières constituent une sorte de droit d’exploitation. Outre ces redevances, les compagnies minières paient une variété d’impôts, de taxes et autres frais. Selon ses dires, les compagnies minières jouent un rôle majeur dans l’économie du pays. C’est grâce à Ambatovy et QMM que la monnaie nationale a maintenu sa stabilité, autrement, le dollar se serait échangé à 20.000 Ar. Plutôt que de fustiger les opérateurs miniers formels qui font leur travail, il faudrait selon ses dires mettre en place des stratégies et/ou politiques permettant une véritable gouvernance minière. «Des compagnies minières qui exercent leurs activités à Madagascar ont déjà fait leur travail mais c’est au gouvernement d’élaborer et mettre en place son agenda sectorielle».
Les questions devraient se poser sur les trafics d’or vers Dubaï et les pierres précieuses qui sortent illicitement du territoire, sans passer par l’administration minière. Le véritable problème au pays, c’est l’inexistence de politique minière, selon ses dires. Le Code Minier n’assurera pas un respect de la loi de l’avis de cet économiste. Ce qu’il faut, c’est une politique minière pour une régulation du secteur. «Les gouvernements successifs ont toujours mis la charrue avant les zébus en misant sur le code minier sans élaborer de politique publique sectorielle des mines».
L’économiste Hugues Rajaonson ne manque pas de faire des publications par le biais des réseaux sociaux. D’une part, il y a l’existence d’asymétrie d’informations due au fossé qui sépare les aspirations des populations rurales urbaines. D’autre part, une autre contrainte réside dans le non-respect des institutions dans les petites exploitations minières ou le non respect des délimitations des carrés miniers par les exploitants. Toutefois, ce constat est aussi valable dans les grandes mines à travers le non-respect des lois en vigueur «soit parce que l’Etat n’arrive pas à les faire respecter soit par l’influence de politiques – véreux ou populistes – qui veulent tirer bénéfice en accroissant les risques coïncidents pouvant causer le départ de grands investisseurs sérieux».
Lors d’une interview hier, cet économiste s’est également exprimé sur le conflit USA- Iran. Cela aura des impacts sur les pays non producteurs de pétrole, en raison de la hausse des prix. «C’est le cas des pays en développement comme Madagascar qui n’a pas de ressources pétrolières, même si l’Etat malgache a la volonté de maintenir le prix à la pompe, sinon l’Etat devrait subventionner fortement les prix», a-t-il conclu.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.