Importation massive : Des majorations de droits de douane

Une mesure de sauvegarde peut être appliquée à l’issue d’une enquête menée conformément à certaines règles, lorsqu’un produit est importé en quantité tellement accrue et à des conditions telles qu’il menace de causer un dommage grave à la branche de production nationale de produits similaires ou directement concurrents. A Madagascar, l’ANMCC joue pleinement son rôle.

L’Autorité Nationale chargée des Mesures Correctives Correctionnelles (ANMCC) a ouvert une enquête sur l’importation de «détergents en poudre», «pâtes alimentaires» et «couvertures» en septembre 2018, les demandes des requérants ayant été recevables. Une décision portant mesures de sauvegarde provisoires sous forme de majoration de droits de douane a ainsi été prise le 31 décembre dernier, à l’issue de l’enquête. Ces droits additionnels à l’importation sont de 30% pour les pâtes alimentaires, 39% pour les détergents en poudre et 41% pour les couvertures, selon les précisions apportées le 12 janvier dernier par Barthelemy, Directeur Général de l’Autorité Nationale chargée des Mesures Correctives Commerciales (ANMCC) entouré des représentants des industries victimes d’importation massive. Cette décision devrait s’appliquer dans un délai de 15 jours après sa publication, soit à compter de demain 15 janvier prochain.
A noter que les pâtes alimentaires proviennent généralement d’Egypte, de Turquie ou encore d’Indonésie. Les détergents en poudre sont importés de la Chine, de la Malaisie ou même de la région Afrique. 90% des couvertures importées ont été fabriquées en Chine. Et pourtant, la capacité de production locale peut être mise à profit pour répondre aux besoins des consommateurs.

Industries locales

La société Salone se réjouit qu’une décision portant majoration des droits de douane ait été prise. Ayant représenté cette société lors de la rencontre avec la presse samedi dernier, Nivo Rasatandrianombana a fait part de leur volonté d’augmenter leur capacité de production. Avec l’invasion des nouilles importées, leur part de marché est minime. Une augmentation de l’investissement et de la production génèrera une création d’emploi. Les spaghettis produits localement non plus ne sont pas épargnés. «Nos matières premières sont issues de pays hors Comesa alors que les produits finis concurrents proviennent de pays membres du Comesa et sont exonérés de droit de douane», déplore Radoniaina Razafimanantsoa, conseiller de direction au sein de Haribo Group. Il a souligné que les majorations de droit de douane ont été approuvées par l’Organisation Mondiale du Commerce.
Pour ce qui est de la production de couverture, l’usine locale Somacou produisait auparavant 1 million de couvertures par an. Avec l’invasion de la concurrence chinoise, la production a chuté et elle se situe actuellement à 150.000 pièces par an, précise son représentant Lalatiana Randrianjohary. L’une des particularités de la production locale est que les matières premières sont des produits naturels (coton et autres) et non synthétiques
Une audition publique est prévue se tenir au début du mois de février prochain pour permettre aux parties intéressées de défendre leurs intérêts et présenter leurs points de vue par rapport à l’application d’une mesure corrective commerciale. Les renseignements collectés au cours ou après cette audition publique complèteront ce que l’ANMCC a déjà eu à travers les réponses aux questionnaires ainsi que les statistiques d’importations et serviront de base pour la détermination finale en vue d’une prise de mesure définitive.

Claudia R.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.