Insécurité alimentaire dans le Grand Sud : Le système d’alerte précoce bientôt opérationnel

Dès que l’on parle d’insécurité alimentaire, le Sud de Madagascar revient toujours dans la conversation. Les autorités avec les partenaires techniques veulent apporter des solutions efficaces à ce phénomène en multipliant les stratégies.

Un Système d’Alerte Précoce (SAP) sur l’insécurité alimentaire et nutritionnelle est mise en place dans le Grand sud de Madagascar. Ce système contribue à intervenir en amont, et à mettre des actions, des réponses précoces afin de réduire le coût des réponses. Ce système sera opérationnel d’ici peu, a fait savoir le Général Charles Rambolarson, Secrétaire Exécutif Adjoint du BNGRC, lors de la séance de partage d’information sur le SAP à l’hôtel Carlton, hier. Ce système est un élément-clé de la Gestion des Risques et Catastrophes (GRC) ainsi que de la mise en œuvre de la stratégie nationale de la GRC. Un atelier servant à sensibiliser tous les acteurs ainsi que les bénéficiaires sur l’utilisation de ce système s’est tenu hier au Carlton.
Il s’agit de relancer le système qui avait existe depuis 1996 en apportant beaucoup d’améliorations sur la base des leçons apprises.
Notons que la situation humanitaire de 2015 à 2017 a bien montré que malgré l’existence d’un plan de contingence sécheresse, l’absence d’un système d’alerte a fortement handicapé l’activation du mécanisme de réponse précoce. En effet, les réponses multisectorielles aux dernières situations d’urgence coûtaient plus de 100 millions de USD dans son stade avancé alors qu’elles devaient coûter beaucoup moins cher si on avait un système d’alerte ayant permis d’intervenir quelques mois plus tôt. Ainsi, ce système d’alerte rendra plus efficace l’activation du plan de contingence dont le pays dispose déjà.
Les trois Régions du Grand Sud, Atsimo Andrefana, Anosy et Androy ou les taux d’insécurité alimentaire sont les plus élevés de Madagascar, avec une statistique respective de 75,9%, 53,4% et 63,4% sont les bénéficiaires de ce système qui va détecter le plus tôt possible la crise humanitaire cyclique au niveau des 121 Communes des Régions les plus exposées au déficit de précipitation.
Selon les explications du SE Adjoint, ce système anticipation et résilience signifie actions précoces.

Jemima R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.