Jirama : 55 milliards Ariary de dépenses mensuelles en carburant

L’achat de carburant, nécessaire pour le fonctionnement des centrales thermiques constitue une charge considérable pour la Jirama, voire pour le pays. Lorsque toutes les machines fonctionnent, les dépenses en carburant atteignent 55 milliards par mois alors que les recettes ne sont que de 58 milliards et permettent juste d’acheter du carburant et de couvrir les charges du personnel, d’où l’utilité des subventions, a fait savoir Lantoniaina Rasoloelison, Ministre de l’Energie et des Hydrocarbures.
La Jirama continue de vendre à pertes à tel point qu’il n’est pas toujours possible de payer les fournisseurs à temps. Raison pour laquelle, une des compagnies pétrolières décide parfois de suspendre l’approvisionnement comme ce fut le cas en décembre dernier. Toutefois, la compréhension mutuelle a pris le dessus et des terrains d’entente ont pu être trouvés. A noter au passage que le stock de la dette avoisine les 1.000 milliards d’Ariary.

Délestage

Suite aux trois «tirs» qui ont été réalisés en début d’année afin de provoquer les précipitations et avoir des pluies artificielles face à une baisse du niveau de l’eau au niveau des centrales hydroélectriques, une amélioration de la production de l’électricité a été constatée, réduisant ainsi le problème de délestage dans la capitale. La situation varie cependant d’une localité à une autre.
Le délestage économique se poursuit par exemple à Antsiranana compte-tenu de la coupure de route sur la RN6 qui ne permet pas aux camions citernes d’acheminer le fuel lourd, selon les précisions apportées par ce responsable. Raison pour laquelle, le gasoil qui coûte plus cher y est utilisé à la place du fuel lourd. Pour une meilleure gestion de la consommation de gasoil, le délestage y est appliqué.

Equilibre opérationnel

Le business plan de la Jirama prévoit l’atteinte de l’équilibre opérationnel en 2020. De l’avis du ministre, les solutions durables reposent sur la réalisation des grands projets de barrage comme celui de Sahofika ou de Volobe. Toutefois, il s’agit-là de projets privés avec des contrats d’achat d’énergie. L’Etat devrait, si les moyens le permettent, et quitte à effectuer des emprunts, construire un grand barrage sur l’Ikopa permettant à la fois de réguler l’eau pour l’irrigation nécessaire pour l’agriculture, mais aussi de gérer l’approvisionnement en eau pour la consommation et également pour l’hydroélectrique. Il pourra permettre de produire plus de 600 MW voire 1 GW d’électricité.
Le ministre Lantoniaina Rasoloelison n’a pas manqué d’adresser ses félicitations au Président élu Andry Rajoelina en souhaitant que ce dernier puisse mener à bien les missions qui lui incombe.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.