JIRAMA : Les enjeux du contrat avec Satarem

Pour que la Jirama puisse se redresser, des mesures s’imposent pour mettre fin aux ventes à pertes entre autres. La signature d’un mémorandum of understanding MOU entre la Jirama et Satarem Hong Kong le 10 janvier dernier revêt ainsi une importance majeure. Tel que nous l’avons déjà précisé dans nos colonnes, sa tarification est fixée à 13 cents (0,13 dollars), une des tarifications plus basses dans l’achat de l’énergie solaire. Ainsi, aucune vente à perte ne sera réalisée avec ce contrat. Au contraire, permettra ainsi de réduire de presque du tiers, le coût de revient, el tarif actuel étant à 30 cents (0,30 dollars).
L’administration de la Jirama a été conquise par les prestations de Satarem en Chine, ayant pu constater les réalisations de cette dernière sur place avant la signature du MOU. Outre l’énergie solaire, Satarem œuvre également dans la cimenterie, le pétrole et le gaz. Présente dans de nombreux pays, cette société a réalisé des équipements et installations de dizaines de sites pour Lafarge, Italcementi, Cimpour ou Zhejiang Hongshi aussi bien en Savoie qu’en Inde ou au Kazakhstan.
Avec la signature réalisée dans la grande île, Sakaraha, Bekily et Maintirano pourront bénéficier de l’énergie solaire. Une fois que les études d’impacts socio-environnementaux seront réalisés, les travaux d’installation des solaires débuteront dans six mois a indiqué Vonjy Andriamanga, DG de la Jirama lors de la signature du mémorandum d’entente vendredi dernier. Jerome Friler, patron de Satarem ne manque pas de préciser que Madagascar sera le premier à utiliser cette technologie. Il s’agit d’une technologie de pointe «full solaire», qui, comme son nom l’indique, est 100% solaire puisqu’il ne nécessite ni groupe électrogène ni carburant. Les batteries sont placées dans des conteneurs pour stocker l’énergie produite.
En 2013, Satarem a signé avec le gouvernement Irakien, un contrat de 6,7 milliards de dollars pour la construction et l’exploitation d’une raffinerie de 150 000 barils de carburant par jour, tel qu’il est rapporté dans un journal suisse. Gigantesque, ce projet incluait aussi une centrale de gaz combiné de 1000 MW. Mais l’opposition Sunnite a tout fait pour bloquer le projet situé en pleine zone Chiite et Satarem en a fais les frais. La compagnie a fermé, en 2014, sa filiale Satarem AG en Suisse pour être transformée en Maisan International Refinery Company AG (MIRC). Elle joue actuellement le rôle de Special Purpose Vehicle (SPV) pour ce projet, qui est maintenant en phase de redémarrage.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.