JIRAMA : Un pas de plus vers le redressement

88

L’équipe dirigeante intérimaire de la JIRAMA, conduite par l’Administrateur Délégué déploie tous les moyens de mettre en place les rails pour parvenir à une bonne gouvernance et au redressement de la JIRAMA. Un pas de plus a été franchi grâce à l’engagement des agents de cette société d’Etat.

Deux cent trente agents de recouvrement et releveurs de la JIRAMA ont prêté serment au Plan d’Anosy le 18 mars dernier. Une occasion également de présenter les 34 contrôleurs verbalisateurs. Il s’agit d’une grande première pour la JIRAMA, d’un grand pas vers le redressement de cette Société d’Etat, estime Lantoniaina Rasoloelison, Administrateur Délégué de la société. Il n’a pas manqué de rappeler que les agents verbalisateurs agissent en qualité d’Officiers de Police Judiciaire. L’objectif en est de réduire les pertes non techniques dues au vol de courant et au vol d’eau et d’améliorer ainsi la situation financière de la JIRAMA.
Par cette prestation de serment, les agents de recouvrement et releveurs se sont engagés publiquement à effectuer leur mission comme il se doit et à faire preuve d’intégrité. La corruption, le laisser-aller dans le travail, les relevés au pif effectués parfois par quelques-uns mais ternissant l’image de la JIRAMA dans son ensemble ne sont pas admis, selon le premier responsable de la JIRAMA. Cette cérémonie, selon ses dires, a pour objectif de valoriser le domaine normatif. «Stopper les hémorragies de la JIRAMA est un dispositif qui s’inscrit dans le temps et dans l’espace et doit avant tout être mené de l’intérieur». L’objectif est de créer un effet d’entrainement pour tout le personnel de la JIRAMA en ce sens que tous les niveaux sont amenés à apporter leurs contributions à ce processus de redressement. Les différents ministres de tutelle ont rehaussé de leur présence cet événement sans précédent.

Dégâts cycloniques
L’Administrateur Délégué de la JIRAMA a noté au cours de la cérémonie qu’il rentre d’une tournée de province, l’ayant permis de constater de visu les dégâts causés par le cyclone Enawo et déterminer les mesures à prendre en conséquence. C’est à Antalaha que de nombreuses infrastructures sont détruites. Par ailleurs, des poteaux et des câbles ont été acheminés vers Toamasina. «Il est surprenant, a fait remarquer l’AD de la JIRAMA, que les câbles fassent l’objet de vol alors que ces fils ne sont pas adaptés à l’usage domestique». Il se demande ainsi s’il ne s’agit pas de sabotage et sollicite, par conséquent, une collaboration avec les Forces de l’ordre pour endiguer ce fléau, chaque jour, des abonnés de la capitale étant victimes de coupure de courant suite à des vols de câbles.

Trouver les remèdes aux maux
Dans son allocution, le Général Herilanto Raveloharison, ministre de l’Energie et des Hydrocarbures par intérim a indiqué que le redressement de la JIRAMA n’est pas une utopie. «Le fait pour une personne (physique ou morale) de reconnaitre qu’elle est malade permet de trouver le traitement pour qu’elle puisse recouvrer la santé. C’est le cas de la JIRAMA». Et de poursuivre que l’Etat a un rôle à jouer dans l’amélioration de la situation de la société.
En marge de la cérémonie, il a confirmé que la JIRAMA a bel et bien été évoquée lors des rencontres avec la délégation du FMI, mais il faudra attendre la fin de mission de ladite délégation pour obtenir plus de détails.

C.R

Imprimer Imprimer