JRHI : Eduquer pour mieux lutter contre la corruption

JRHI : Eduquer pour mieux lutter contre la corruption

Faire de la lutte contre la corruption, un grand combat éducatif, civique et citoyen. C’est dans cette optique que le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) veut se lancer contre ce fléau qui nuit non seulement le développement du pays mais qui freine la croissance de l’économie. Ce ne sont ni le statut, ni la loi relative à la lutte contre la corruption qui nous manque, mais le changement de comportement, qui est encore à un défi qui nous fais défaut et nous échappe dans ce combat, a souligné le directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy en marge de la célébration de la journée des Réseaux d’Honnêteté et d’intégrité (JRHI) qui est à sa sixième édition. C’est pour cela que le Bianco a mis l’accent sur l’importance de l’éducation dans la lutte contre la corruption. «Une jeunesse sans corruption, responsable, citoyenne et engagée dans processus de développement du pays», tel est le thème cette année, pour inciter les jeunes à agir ensemble contre la corruption et véhiculer la culture d’honnêteté et d’intégrité dans tout ce qu’ils entreprendront, en classe, en famille, en société, et envers la nation.
Plus de 10.000 jeunes issus de 7 lycées d’enseignement général et des lycées techniques de la Capitale animés par l’esprit d’honnêteté et d’intégrité se sont rués au palais des sports et de la culture Mahamasina hier. Notons que la JRHI est un événement anti-corruption initié par le volet Éducation-Prévention du BIANCO à travers les socio-culturelles et sportives.
A Madagascar, la corruption est dénoncée de partout et par tous, la création du Réseau Honnêteté et d’Intégrité (RHI) au sein de tous les établissements scolaires, en tant que force d’interpellation envers les décideurs à tous les niveaux et à tous les échelons s’avère nécessaire. Actuellement, 60 RHI sont mis en place dans 60 établissements de la Capitale. L’objectif du RHI est d’inculquer aux élèves les valeurs qui sous-tendent la culture anti-corruption pour que ces derniers deviennent à l’avenir non seulement des personnes compétentes mais aussi et surtout responsables, honnêtes et intègres, a souligné le DG.
Détournement de fonds publics, abus de fonction, favoritisme sur le marché public, sont la plupart des plaintes reçues par le BIANCO.

Jemima R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.