KRAOMA : La compagnie négocie le retrait définitif des Russes

Les sociétés d’Etat font beaucoup parler d’elles et de leurs partenaires ces derniers temps. Après l’épisode d’Air Madagascar et Air Austral, c’est maintenant au tour de la compagnie minière Kraoma et son partenaire russe Ferrum Mining de défrayer les chroniques. Selon un dicton malgache, «ny lasa tsy manao veloma naman’ny tezitra » littéralement, celui qui part sans faire des adieux formels équivaut à une personne mécontente. Est-ce le cas ?

Ferrum Mining, le partenaire russe de la société d’Etat Kraomita Malagasy KRAOMA a pris la décision unilatérale d’arrêter complètement l’exploitation en décembre 2019. «Nous avons appris l’information à travers les médias », indiquent les employés dans une lettre où ils interpellent le Président de la République face à leur situation, n’ayant pas perçu de salaire depuis le mois de décembre dernier. Selon leurs dires, la société est au bord du gouffre et nécessite une attention particulière du Président.
L’information sur le départ des Russes a bel et bien été confirmée par Nirina Rakotomanantsoa, DG de la KRAOMA. Il n’y a pas encore eu de lettre officielle, mais les Russes ont quitté le site et ils n’ont plus pris leur responsabilité pour redresser la société. Ce qui explique le non-paiement des salaires depuis le mois de décembre dernier. Néanmoins, des mesures ont été prises pour que le salaire du mois de décembre puisse être régularisé la semaine prochaine. La Kraomita Malagasy fait face à des difficultés financières majeures. Pour rappel, outre les 101 milliards d’Ariary de détournement fait par l’ancien DG de KRAOMA, les pertes s’élèvent à 39 milliards d’Ariary. Un plan de relance a été élaboré par la direction actuelle pour redresser la société.
Selon les employés, depuis le partenariat avec l’entreprise russe, les droits sociaux des employés sont bafoués. En cas de maladie ou d’accident de travail, il faut débourser de sa poche pour se faire soigner. Par ailleurs, les cotisations CNaPS tout comme les cotisations de retraite complémentaire ne sont pas payées si bien que ceux qui vont partir à la retraite risquent d’être privés de leur pension. Et la liste n’est pas exhaustive. Des employés se sont toujours opposés au partenariat avec les Russes et demandent une rupture officielle du contrat dans la lettre adressée au Président de la République.
En outre, ils contestent toute sous-traitance et avancent que la KRAOMA peut être indépendante si une amélioration est apportée aux moyens mis à la disposition des employés qui ont les savoir-faire requis pour ce faire. Des observateurs estiment cependant que compte-tenu de sa situation, il lui faudrait que KRAOMA trouve un partenaire pour se redresser, fonctionner convenablement et se développer.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.