Kraomita Malagasy : Le DG fait le point

La société d’Etat Kraomita Malagasy (KRAOMA) est toujours confrontée à des difficultés majeures. Les employés revendiquent le paiement des salaires impayés. Il ne faut pas se contenter d’un seul son de cloche. Le Directeur Général de la KRAOMA, Nirina Rakotomanantsoa a bien voulu faire le point de la situation dans une interview accordée à la rédaction.

MA-Laza : Les Russes, partenaires de la Kraomita Malagasy ont quitté le site au mois de décembre dernier. S’agit-il de divorce ?
Nirina Rakotomanantsoa : Il n’y a pas de divorce annoncé. Il est normal que chaque partie prenante dans le partenariat exprime ses désirs par rapport à l’amélioration du partenariat. La société Ferrum Mining qui est actionnaire de Kraoma Mining est en train de proposer la révision des conditions. Ils ont investi et ont le droit de manifester des changements. Quand on investit, c’est pour avoir des bénéfices. Les Russes se sont rendus compte que le plan proposé ne répond pas à leurs attentes et sont en train de renégocier les conditions. Ce qui est tout à fait légitime. La partie malgache exigera en contrepartie ce qui leur est dû dans ce partenariat. Nous, à la direction générale nous sommes les techniciens pour préparer les conditions de cette révision, à charge pour les instances supérieures de prendre les décisions y afférentes.

MA-Laza : Qu’en est-il de la situation actuelle de la Kraomita Malagasy ?
Nirina Rakotomanantsoa : La Kraomita Malagasy traverse une période assez difficile. Une enquête a été ouverte sur les vols, détournements et pertes subis par l’entreprise. L’ancien dirigeant nous a laissé une dette de 101 milliards d’Ariary avec une perte assez conséquente de 39 milliards Ar. Ce n’est pas aisé de relever la situation. Nous comptons sur la bonne foi des partenaires et la bonne volonté des ouvriers pour pallier ensemble à cette grande perte. Si Kraomita Malagasy subit une grande difficulté, c’est que la société «Kraoma Mining» est partenaire de Ferrum Mining a cessé de s’acquitter des obligations par rapport au salaire depuis le mois de novembre 2019 si bien que nous avons beaucoup de difficultés pour honorer le paiement des salaires des ouvriers. Nous avons pu payer les salaires du mois de novembre et une grande partie du mois de décembre qu’il nous reste à compléter. Tous ces efforts ont été réalisés grâce à la bonne volonté des dirigeants actuels et la contribution des ouvriers de bonne volonté

MA-Laza : Que pensez-vous des mouvements de revendication menés par des employés ?
Nirina Rakotomanantsoa : Malheureusement, ce qui se passe aujourd’hui n’est pas simplement une initiative pour revendiquer les salaires. Il y a une face cachée de déstabilisation, une tentative de semer le trouble pour saboter les efforts qui ont été déployés. Dès que l’on marque une avancée par rapport à ces négociations, nous avons des perturbations au niveau des employés de Brieville.
Je crois savoir qu’une délégation de l’Inspection de Travail d’Ambatondrazaka s’est rendue sur place pour essayer de faire une médiation avec les employés afin que les manifestations restent au niveau du règlement des salaires. Nous avons également pris les mesures nécessaires pour alerter les autorités sur certains actes de déstabilisation, mais nous restons confiants que la raison l’emportera et que dorénavant Kraomita Malagasy puisse renaître de ses cendres.

MA-Laza : Quelles sont actuellement les actions que vous estimez prioritaires ?
Nirina Rakotomanantsoa : Les actions prioritaires sont proposées dans notre plan de relance. Si auparavant, nous avons exploité le chrome en procédant à leur simple traitement pour les exporter ; dans le plan de relance, il est proposé de transformer le chrome en ferrochrome. Ce qui augmente à près de dix fois plus la valeur. Cela est significatif dans l’exploitation. Nous avons également inclus l’exploitation de l’or pour sécuriser la parité de l’Ariary par rapport aux devises étrangères. Nous avons cette substance avec un volume assez conséquent. Il est tout à fait normal et logique que la société Kraomita Malagasy entreprend actuellement l’exploitation de cette ressource minière.

MA-Laza : Qu’en est-il du stock de production?
Nirina Rakotomanantsoa : Aujourd’hui, nous n’avons malheureusement que 3000 tonnes qui ont été récoltés avec grande peine puisque l’usine a arrêté de produire depuis le mois de juillet dernier et depuis ce temps-là, nous avons essayé de survivre. Nous avons survécu. Il reste à patienter et attendre avec sagesse les résultats des négociations en cours.

MA-Laza : Vous restez donc optimiste ?
Nirina Rakotomanantsoa : Très optimiste, puisque bien que nous avons subi près de 39 milliards Ar de pertes. Si tout va bien avec ces projections, cela ne représente qu’une année de chiffre d’affaires. Nous sommes optimistes puisque Dieu nous a donné les ressources naturelles. Nous sommes optimistes puisque la volonté de l’Etat est là. Avec une bonne gestion des ressources minières, on peut faire profiter à toute la population malagasy des retombées de cette aubaine pour Madagascar.

MA-Laza : Quel serez votre mot de la fin ?
Nirina Rakotomanantsoa : Il faut profiter du fait que Madagascar a enfin une vision dans la gouvernance de ses ressources minières. Le pays a l’occasion de profiter de cette aubaine. A charge pour les responsables de bien gérer ses ressources pour que la population et nos générations futures puissent en bénéficier. A la veille de la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de Madagascar, il est temps que la population malagasy reconnaisse l’importance de changer de mentalité, de changer la manière de faire et le comportement. Sans cette volonté, on ne pourra rien attendre par rapport au développement du pays.

Propos recueillis par C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.