Loi sur le recouvrement des avoirs : Le DG du Bianco émet ses craintes

Si la loi sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et contre le financement du terrorisme a été adoptée par le parlement à la fin de l’année, suite à des amendements apportés par le Sénat, les parlementaires ont demandé à ce que l’examen de la loi sur le recouvrement des avoirs soit ajourné. Ils ont demandé à ce qu’une session extraordinaire ait lieu ce mois de janvier ci, ce qui n’est pas possible compte-tenu du contexte actuel.
«Nous pensons que si aucune session extraordinaire n’a lieu après la formation du nouveau gouvernement, il faudrait attendre la formation de la prochaine assemblée nationale», précise Jean Louis Andriamifidy, Directeur Général du Bianco. Nul besoin de rappeler que le mandat actuel des députés prendra fin au mois de février prochain. Force est cependant de constater qu’aucune convocation des électeurs pour les législatives n’a encore été décrétée. Le temps est pourtant compté pour Madagascar qui risque ainsi de se verser dans la liste grise, fait remarquer ce responsable.
Lamina Boto Tsara Dia, DG du Samifin a indiqué à maintes reprises que cette menace de figurer dans la liste grise risque d’être effective à partir du mois d’avril prochain. «Nous avons jusqu’au mois de mars, à la veille de la réunion du task force de l’ESAMLAAG (Groupe de lutte contre le blanchiment d’argent en Afrique orientale et australe) pour fournir des efforts supplémentaires, combler les défaillances et atteindre les standards requis en terme de lutte contre le blanchiment de capitaux».
Les impacts seront considérables sur le plan économique, surtout en ce qui concerne les échanges internationaux. Toutes les transactions venant de Madagascar ou entrant dans la grande île vont subir un surcoût ou vont être refusées par les banques. Toutes les relations avec les intermédiaires financiers au niveau international deviendraient en effet plus difficiles et plus coûteuses avec des primes de risque sur les importations, les exportations, les transferts d’argent par les particuliers à l’étranger, sur la réception des fonds.
Jean Louis Andriamifidy, DG du Bianco rappelle qu’une fois que la loi sur le recouvrement sera mise en vigueur, une agence de recouvrement des avoirs illicites devrait être mise en place pour gérer les biens saisis.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.