Lourd bilan d’Eliakim : Cinq routes nationales impraticables

Lourd bilan d’Eliakim : Cinq routes nationales impraticables

Les cyclones se suivent et… se ressemblent avec leurs lourds tributs. Eliakim n’a pas dérogé à la règles et a même faits des victimes humaines, sans parler des dégâts incommensurables sur les infrastructures dont routières.

Outre les pertes de vie humaine, les sinistrés, les maisons détruites et les plantations inondées, la tempête tropicale Eliakim est également à l’ origine de la dégradation des routes nationales. Selon les précisions apportées par Eric Razafimandimby, Ministre des Travaux Publics, cinq routes nationales sont les plus affectées, mais c’est surtout au niveau de la RN 6 que les dégâts sont importants avec de nombreuses coupures de tronçon le long de la route nationale.
La route est coupée entre Ambanja et Ambilobe, le pont d’Antanambaon’Ankiniky au niveau du PK 499+150 s’est écroulé et se trouve sous les eaux alors qu’il était en béton armé. L’accès au pont tetezan’Antsatrana (PK 522) a également été emporté par les eaux et le pont Beramanja (PK 540 + 500) submergé par les crues. L’eau a dépassé environ de 3m la hauteur des ponts, a-t-on précisé.
La route n’est pas praticable à Ankazomainty (PK 521+500) et Angodrofo (PK 536 +030) et au niveau d’autres points. Le Ministère des Travaux Publics s’active actuellement à mettre en place un pont Bailey dans certaines localités si pour d’autres la solution est le remblai. C’est surtout au niveau du pont d’Ankiniky que la solution à mettre en œuvre est la plus complexe. Si le pont était d’une longueur de 21m, samedi dernier les mesures effectuées sur la portion à réhabiliter étaient de 30 m et cela ne cesse de s’étendre puisque celles réalisées hier faisaient état de 50m de long. De nombreux points de coupure sont ainsi constatés tant entre Ambanja et Ambilobe que d’Ambilobe à Antsiranana.
Pour la route nationale 2 reliant Antananarivo à Toamasina, c’est au niveau du PK 176 vers Andasibe entre Pont Kambana et Ampasimbe que des dégâts considérables sont relevés, mais des mesures sont entreprises pour que l’axe soit praticable dans les brefs délais. Les travaux devaient être achevés dans la nuit. Sur la RN 5 entre Soanierana Ivongo et Maroantsetra, plusieurs bacs ont été emportés par les eaux. Celui utilisé au PK 215 s’est échoué sur la plage si les chargés d’itinéraire sont encore à la recherche des autres bacs emportés par les eaux. Quatre points de coupure sont relevés sur la RN 32 reliant Mandritsara à Antsohihy, si un éboulement de rocher s’est produit sur la RN 31 entre Antsohihy et Bealalana.
L’on estime à plus de 10 milliards d’Ariary les besoins requis pour la réhabilitation de ces différentes infrastructures. Ces dégâts, notons-le, ont également des impacts sociaux et économiques majeurs, cela entravant la circulation des biens et des personnes. Les ressources proviennent non seulement du Fonds d’Entretien Routier puisqu’il s’agit de travaux d’urgence, mais également du budget prévu pour l’adaptation aux contraintes. Ce budget s’amenuise, une grande partie ayant été utilisée pour réparer les impacts des cyclones Ava et Dumazile. Des réunions se tiennent actuellement pour qu’une extension de ce budget soit accordée pour faire face aux nombreux travaux de réhabilitation.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.