Lutte anti-corruption : La BAD intransigeante sur les attributions des marchés publics

L’absence de corruption, ainsi que la transparence font partie des conditions d’éligibilité aux attributions de marchés publics.

Si le domaine des marchés publics a fait couler beaucoup d’encre à Madagascar compte-tenu des pratiques frauduleuses, la situation n’est pas isolée dans le continent. Le Groupe de la Banque Africaine de Développement a annoncé hier l’exclusion pour une durée de 36 mois, de Lutoyilex Construct Limited, entreprise de construction immatriculée au Nigeria ainsi que celle de de son Directeur Général, Bamidele Obiniyi. Une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a révélé que Lutoyilex Construct Limited s’est livrée à des pratiques frauduleuses lors de la soumission de son dossier à un contrat de construction, dans le cadre de la première phase du Programme d’appui au plan de transformation de l’agriculture du Nigeria (ATASP-1). En effet, lors de sa participation à un appel d’offres pour la construction d’infrastructures sociales dans l’État du Niger, au Nigeria, l’entreprise a fait de fausses déclarations au sujet de ses références pour des contrats similaires.
Durant cette période d’exclusion, l’entreprise et son Directeur Général ne seront pas éligibles à l’adjudication de marchés financés par la Banque. En vertu de l’Accord d’application mutuelle de décisions d’exclusion, la sanction prononcée par la Banque contre Lutoyilex Construct Limited et son directeur général, peut également être mise en vigueur par la Banque Asiatique de Développement, la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement, le Groupe de la Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement.
A noter que le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque africaine de développement est chargée de la prévention, de la dissuasion et des enquêtes sur la corruption, la fraude et d’autres pratiques passibles de sanctions dans les opérations financées par le Groupe de la Banque Africaine de Développement. Le personnel de la Banque Africaine de Développement et le grand public peuvent dénoncer des pratiques passibles de sanctions, au sein de la Banque ou dans les opérations qu’elle finance, en utilisant les numéros sécurisés du Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption.

Recueillis par C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.