Mahajanga : Des pluies continues font 1.515 sinistrés

Nous sommes en pleine saison des pluies et celles-ci nous font vraiment voir de toutes les couleurs… De nombreuses localités tant urbaines que rurales sont sous les eaux et les dégâts commencent à s’alourdir.

Les 3 jours de pluies sans interruption dans la ville de Mahajanga a fait des victimes. La montée des eaux a fait 1.515 sinistrés, contraints de quitter leur foyer hier pour se réfugier dans des établissements publics notamment dans les maisons de quartier ou des écoles publiques. La Cité des Fleurs, zone d’affluence touristique, s’est transformée en ville vivante sous les eaux. 5 quartiers sont les plus affectés par les inondations, Fiofio, Ambalavola, Mahavoky Avaratra, Tsararano, Pont Fitim.
Une réunion d’urgence a été convoquée hier à l’Hôtel de Ville de Mahajanga et à laquelle les élus locaux et les représentants de l’Etat ont pris part, à l’instar du Maire et de la députée élue de la localité. Par ailleurs, les éléments des Forces de l’ordre, notamment ceux de la Gendarmerie Nationale et de l’Armée ont été déployés dans la ville pour venir en aide aux habitants pris au piège par la montée des eaux. Ces éléments des forces de l’ordre avaient ainsi pour mission d’évacuer les sinistrés et de sécuriser leurs biens.
Selon les informations recueillies, 327 ménages composés de 688 adultes dont 18 femmes enceintes et 17 femmes venant d’accoucher, ainsi que de 827 enfants sont concernés par ces opérations d’évacuation d’hier. Des témoignages parlent ainsi de la montée des eaux jusqu’aux hanches dans les zones les plus basses de la Capitale du Boeny, notamment à Mahavoky Avaratra et à Tsararano. Dans certains endroits de la ville, des vedettes rapides servaient de moyens de transport utilisés par les forces de l’ordre pour évacuer les sinistrés. L’électricité est coupée dans les quartiers concernés. Jusqu’ici, aucun décès ni blessé n’est à déplorer.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.