Mahazoarivo : Deux accords de 90 millions et de 100 millions de dollars signés

La cérémonie de signature de l’accord subsidiaire entre le Ministère de l’Economie et des Finances, et le Fonds d’Intervention pour le Développement, acte de rétrocession du financement accordé par la Banque Mondiale au FID par l’Etat malagasy, pour un montant de 90 millions de dollars américains à travers ledit ministère, a eu lieu hier au palais de Mahazoarivo. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’Economie et des Finances, de la Secrétaire Générale du gouvernement qui est non moins Présidente du Conseil d’Administration du FID et de la Responsable des opérations de la Banque Mondiale à Madagascar et aux Comores.
A cette occasion s’est également tenue la signature d’une convention d’appui budgétaire programmatique sur la viabilité financière et le secteur énergie entre la Banque Mondiale et entre Ministère de l’Economie et des Finances pour un montant de 100 millions de dollars Américains.
L’Etat, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique Nationale de la Protection Sociale coordonnée par le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme qui est en charge de la protection sociale à Madagascar, met donc à la disposition du FID ce montant, sous forme de don non remboursable destiné à l’appui aux couches vulnérables dans des zones ciblées.
Dans une optique misant pour cette protection sociale, force est de constater que les opérations réalisées jusqu’à ce jour ont été prometteuses, ce qui valide la tenue de la signature d’un accord de financement entre le gouvernement Malagasy et la Banque Mondiale, au mois de mars dernier, et ce, afin de poursuivre les actions entreprises pour une durée additionnelle de 30 mois soit 2 années et demi de plus.
A rappeler que les opérations à mettre en œuvre dans le cadre de ce don, figurent dans des programmes se conformant à la Politique Générale de l’Etat, qui à leur tour, contribuent à la promotion de la bonne gouvernance. Toujours est-il que toutes les vigilances sont requises pour une bonne gestion du financement utilisé au profit des bénéficiaires à qui il est destiné. Il y a lieu d’affirmer que la coordination des activités y afférentes revient au ministère de la Population, de la Protection Sociale et la Promotion de la Femme.

Recueillis par Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.