Maltraitance à l’école : L’ONEP reçoit 2 plaintes par semaine

Maintenant que les violences en milieu scolaire sont interdites par la loi, l’on constate encore des éducateurs qui ont recours à cette méthode dite traditionnelle.

Les violences en milieu scolaire existent bel et bien, que ce soit physique ou morale, malgré l’interdiction de ces actes par la loi. L’Office National de l’Enseignement Privé (ONEP) reçoit 1 à 2 plaintes par semaine à l’encontre des maitresses ou directrices accusés de maltraitances. Le plus récent était le cas d’un enfant de trois ans et demi dans une école à Andraisoro, qui était la victime de violence physique effectuée par sa maitresse. Sa maitresse qui l’avait pincé à son bras du fait que la petite refusait d’écrire «a» et «2» lors d’une séance d’écriture. Arrivée chez elle, la petite écolière est tombée en larme, implorant sa mère de ne pas toucher à son bras et ne voulait plus retourner à l’école, elle qui était traumatisée par ce que la maitresse lui a fait subir.
Une rencontre entre les parents de la victime, la maitresse concernée ainsi que la directrice de l’école a eu lieu, et l’accusée a reconnu son tort. Les parents ont dénoncé ce fait à l’ONEP, et sur les réseaux sociaux, ce qui a provoqué une vague de commentaires.
Le directeur de l’ONEP Tsarasidy Marcelin a mis le point sur les «i» hier en rappelant à toute éducatrice les règles et les normes éducatives et pédagogiques. Notons qu’une éducatrice accusée de maltraitance à l’égard d’un élève risque une double sanction notamment une sanction pénale et une sanction administrative. Le directeur a rappelé qu’il est formellement interdit de frapper et de porter la main sur un élève quelques soient les raisons. Ceux qui ne respectent pas cette décision risque d’être exposés à des sanctions administratives et disciplinaires pouvant aller jusqu’à des poursuites judiciaires.
En ce qui concerne les sanctions administratives, trois sanctions pourraient advenir, notamment l’avertissement, la suspension de fonction, le retrait provisoire ou définitif de l’autorisation d’enseigner.
Ce cas à Andraisoro a incité une descente sur les lieux effectuée par l’ONEP, en attendant les sanctions à l’encontre de l’accusée.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.