Mantadia Andasibe : Coupe illicite de bois précieux dénoncée

Une coupe illicite de bois précieux connu sous l’appellation de «ramy» s’est tenue dimanche dernier dans le parc national de Mantadia Andasibe. A noter que le «ramy» est généralement utilisé pour la fabrication de pirogues, de boîtes, de construction, de mobiliers ordinaires, des parties cachées des beaux meubles… Il convient également pour les menuiseries, les boiseries intérieures, la parqueterie et autres.
Ce n’est pas un particulier qui a procédé à la coupe avec une hache, mais un exploitant forestier qui a usé d’une tronçonneuse, a indiqué Rico Rakotovazaha, président de la Fédération Nationale des Guides au cours d’une rencontre avec la presse qui s’est tenue à Ambatonakanga. Face à une telle situation, ils ont informé les responsables du parc, les autorités locales, le ministère de l’environnement. Le président de la Fédération Nationale des Guides ne manque pas de préciser que nous sommes actuellement en période de basse saison et le taux de fréquentation du parc est ainsi faible. «Nous étions trois guides et quatre touristes», précise notre interlocuteur. Des individus profitent d’une telle situation pour procéder à la coupe illicite. La fédération tire ainsi la sonnette d’alarme.
Cette pratique n’en est pas à sa première, dénonce le Pr Jonah Ratsimbazafy, président de l’Association GERP (Groupe d’Étude et de Recherche sur les Primates de Madagascar). «Les bois coupés illicitement sont transportés à la tombée de la nuit». Il faut mettre fin à l’impunité. A quoi bon avoir des responsables s’ils ne prennent pas leur responsabilité, déplore-t-il. Andasibe figure parmi les parcs les plus visités de Madagascar. Les touristes viennent surtout à Madagascar, attirés par sa biodiversité unique et ses richesses en faune et en flore. Un appel à la prise de responsabilité des concernés est lancé pour mettre fin à l’impunité, la forêt malgache étant menacée. L’an dernier, 517.000 ha de forêt ont disparu suite à des activités de défrichement et autres. Si aucune mesure n’est prise, Madagascar n’aurait plus de forêt après 35 ans.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.