MENETP : Reprise des cours dans les lyçées

Le calme commence à revenir dans les lycées après les troubles causés par les revendications des enseignants en rapport avec les fameux paniers garnis

Les cours ont commencé à reprendre hier dans plusieurs établissements, non seulement dans la capitale, mais également sur l’ensemble du territoire. A l’instar du Lycée Moderne d’Ampefiloha, principal foyer de grève suite à la répartition controversée des paniers garnis présidentiels, d’une valeur totale de 65 000 Ar. Nous avons appris de source auprès du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel (MENETP), que les enseignants se sont progressivement remis au travail depuis hier, en écho visiblement aux déclarations de leurs confrères, conscients des enjeux, notamment par rapport à l’avenir de nos progénitures ainsi que l’année scolaire en cours directement menacée suite à cet incident.
La journée d’hier a effectivement été caractérisée par une série de déclarations faites par des enseignants, à l’instar de ceux issus du Lycée Moderne d’Ampefiloha (LMA), qui ont exhorté chaque enseignant à mettre en avant leur conscience professionnelle. L’année scolaire précédente n’a effectivement pas été de tous repos pour les élèves et voilà qu’ils sont confrontés à de nouveaux incidents susceptibles de perturber leurs activités scolaires. Ce collectif d’enseignants a également argué que le MENETP a été on ne peut plus clair : la somme distribuée à titre de « panier garni » s’apparentait à une prime et non à un Droit, et qu’en conséquence, elle ne mérite pas d’être réclamée de manière constante. Ces mêmes enseignants reconnaissent en outre que la grève est un droit, cependant perturber l’année scolaire en cours ne constitue pas une solution. Il importe de retrouver la raison et privilégier ainsi le dialogue au cas où cet incident aurait engendré de la frustration.
Les enseignants issus du collectif Solidarité Pédagogie de l’Education (SPEED), regroupant des enseignants issus de 93 établissements publics de la capitale, ont également fait une déclaration, exhortant leurs confrères à rester serein et à honorer leur engagement : celui d’éduquer. Ils s’en remettent en outre à la sagesse des enseignants et souhaitent trouver un meilleur dénouement par rapport à la situation.

L.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.