MMM : Elections impératives en 2018

La conjoncture politique et particulièrement les élections futures divisent les politiciens. Le parti Malagasy Miara-Miainga (MMM) maintient que les élections se tiennent l’année prochaine et non au-delà.

“L’élection présidentielle doit se tenir impérativement en 2018″ a lancé Hajo Andrianainarivelo, président du parti Malagasy Miara-Miainga (MMM) à l’occasion d’une conférence de presse organisée au terme de la réunion de son bureau politique hier, au siège du MMM de Nanisana. Ce parti d’opposition a tenu à mettre en garde l’actuel régime contre toute velléité de jouer avec la vie de la Nation en annonçant que le mandat du président de la république doit prendre fin au plus tard le 25 janvier 2019 au risque d’hypothéquer l’avenir des générations futures. Hajo Andrianainarivelo soutient, en outre, que la législation électorale et le calendrier électoral doivent être conformes à la Constitution, qui ne requiert aucun changement primordial, afin de garantir l’égalité des chances de tous les candidats.
Le MMM a saisi l’occasion pour effectuer un tour d’horizon de la conjoncture politique. Manifestant son avis à propos des rumeurs d’un éventuel référendum, Hajo Andrianainarivelo se demande si une telle initiative aurait suffi à résoudre l’insécurité grandissante, l’insuffisance de médicaments au niveau de nos hôpitaux, à réduire le prix du riz, à mettre un terme à la corruption qui mine le pays ou encore à pallier à la baisse du taux de réussite aux examens nationaux.
Alors que toutes les structures étatiques sont actuellement au complet, le MMM n’a pas manqué de dénoncer l’hésitation du gouvernement dans la mise en place de la Haute Cour de Justice, dont la concrétisation serait supplantée par la mascarade politique et le clientélisme politique de la nomination des membres du Comité Fampihavanana Malagasy.
Enfin, et non des moindres, le MMM a exigé la mise en oeuvre du décret d’application de la loi régissant l’opposition de Madagascar, tout en réitérant son statut d’opposant au régime en place.

L.R

Imprimer Imprimer