Monja Roindefo : “Il faut faire attention pour que Madagascar ne soit pas comme Haiti”

Le président national du parti Monima, Monja Roindefo, a annoncé que les préoccupations ayant été manifestées par son parti tendent actuellement à se confirmer, à travers les anomalies électorales décriées de tous bords. Monja Roindefo a donné une conférence de presse hier à son domicile à Antsakaviro, afin de mettre en garde les opinions contre les dangers que la session électorale du 7 novembre 2018 pourrait générer. Le Monima estime effectivement que le présent cas s’apparente à celui du premier tour des présidentielles de Haïti, le 25 octobre 2015, lesquelles avaient été annulées.
Monja Roindefo estime que, si l’on observe les résultats provisoirement publiés, le taux de participation avoisine les 50%, incluant ceux ou celles ayant voté blanc. Or, cela dit, seulement la moitié des résultats annoncés pour chaque candidat représente réellement les votes recueillis, en prenant compte des irrégularités et autres fraudes relevées et annoncées. Par conséquent, l’on peut être sûr que quiconque sera prononcé vainqueur, ce candidat sera considéré comme étant «mal élu» et ne fera que prolonger l’instabilité politique actuelle. Dans cette optique, le Monima a tenu à saluer les sieurs Ravalomanana et Rajoelina, sortis de cette élection entachées de trop d’irrégularités.
Monja Roindefo a en outre exhorté celui qui sera en charge des affaires de l’Etat de cesser les mauvaises pratiques politiques se manifestant par la persécution politique et le blocus économique perpétrés à l’encontre de leurs rivaux politiques, citant à titre d’exemple le cas du Monima et de son président national, victime de tentative d’extorsion de biens familiaux à Toliara, la célébration du 60ème anniversaire du Monima à Antanimora Sud ayant été interdite ou encore le blocus et sabotage économiques à son égard, concernant la société opérant dans le domaine de la production et l’exportation de tabac et de cigarettes, l’autorisation d’exportation de vanille et de girofle et les autres projets susceptibles de créer des emplois pour les jeunes ainsi que la population malagasy.

L.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.