Monja Roindefo : La stabilité politique est fragile

Au vu du déroulement du second tour de l’élection présidentielle du 19 décembre 2018 dernier, le président national du parti Monima, Monja Roindefo a remis en cause la stabilité politique attendue en évoquant notamment la vulnérabilité du régime. A l’issue d’une déclaration faite hier à sa résidence, à Ankorahotra, l’ancien Premier Ministre a argué qu’il importe de prendre en considération les 52% d’abstentionnistes ainsi que les 3 millions d’électeurs exclus de la liste électorale, selon les statistiques avancées par l’Observatoire de la vie nationale (Sefafi). Le Monima a également manifesté son avis à propos des actions pour le développement du pays, lequel exige de nombreux préalables multidimensionnels. Monja Roindefo n’a pas manqué de mettre en relief le contraste entre les potentialités naturelles du pays et l’extrême pauvreté qui prévaut. Le politicien a entre autres préconisé une meilleure gestion ainsi que la mise à profit de nos richesses naturelles afin de pallier aux problèmes liés à la pauvreté, l’abandon de mauvaises pratiques se traduisant par le monopole des différents secteurs économiques par une infime minorité, de bannir les entraves à l’encontre des opérateurs économiques n’appartenant pas au même bord politique que les dirigeants comme ce fut le cas avec le président national du Monima, et d’agir pour l’objectif du millénaire pour le développement (OMD) que le pays a raté.
A propos de la coopération avec le pouvoir, le président national du Monima a avancé, mi-figue mi-raisin, que la meilleure, et peut-être la seule coopération pour le développement est le respect des détenteurs du pouvoir, de quelques principes fondamentaux se traduisant par l’Etat de droit et le respect des droits des citoyens.
Enfin et non des moindres, le Monima entend se dresser en balise pour la défense des intérêts du peuple malgache. A ce sujet, Monja Roindefo a annoncé qu’il s’agit d’un véritable engagement pour son parti, par conséquent, par rapport au contexte actuel, soit le parti appuiera de toutes ses forces les mesures favorables aux intérêts du plus grand nombre que prendraient les dirigeants qui seront aux commandes, soit il dénoncera sans ambigüité les éventuelles dérives et s’insurgera contre les mauvaises pratiques susceptibles de se produire en fonction de la gestion des affaires nationales.

L.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.