Monnaie nationale : Dépréciation limitée cette année

Sur le marché interbancaire de devises (MID) le Dollar US et le DTS ont tendance à s’apprécier annuellement par rapport à la monnaie locale. Néanmoins, cette appréciation est ralentie par les diverses entrées de capitaux étrangers. La Banky Foiben’i Madagasikara intervient aussi ponctuellement sur le MID afin de corriger une trop grande volatilité des taux sur le très court terme.

L’Ariary se dépréciera cette année, une dépréciation qui sera toutefois limitée selon les prévisions de l’ordonnance 2019-016 du 18 Décembre 2019 portant Loi de Finances pour 2020. «Les taux de change en moyenne de période seront de 5.189,7 Ariary pour le DTS et de 3.707,7 Ariary pour le Dollar US, soit des hausses respectives de 4.0% et 3.3% comparées aux estimations pour 2019». Hier sur le marché interbancaire de devises, l’Euro s’échangeait à 4.059,25 Ariary et le Dollar à 3628,45 selon le cours de référence publié par la Banky Foiben’i Madagasikara.
Le document de performance annexé à la Loi de Finances 2020 précise que le Ministère de l’Economie et des Finances, et la Banky Foiben’i Madagasikara et la BFM continueront d’œuvrer pour mettre en place un marché de change plus efficient. Des réformes sur la règlementation des changes sont en cours. «La BFM maintiendra ses objectifs d’intervention sur le MID qui sont de lisser les fluctuations marquées des taux de change et d’atteindre les objectifs en termes de réserves officielles brutes».
Il y est précisé que sur la période 2020-2022, la dépréciation annuelle moyenne de l’Ariary serait de 3.6% par rapport au Dollar US et de 4.3% par rapport au DTS en moyenne période. Néanmoins, certaines incertitudes sont susceptibles de faire varier l’évolution de ce taux de change, telles que le niveau des investissements directs étrangers et des aides budgétaires. Toujours selon les prévisions, le stock des avoirs de réserves de la BFM représenterait un équivalent de plus de 4 mois d’importations de biens et services non-facteurs à fin décembre 2020. Tel que nous l’avons indiqué à maintes reprises, les réserves permettent de fournir la liquidité nécessaire pour couvrir les opérations quotidiennes, accompagner la mise en œuvre de la politique monétaire. Elles contribuent également à maintenir la confiance du public à l’égard de la politique de change, en affirmant la capacité de la Banque Centrale à soutenir éventuellement la monnaie nationale. Par ailleurs, elles garantissent que le pays a l’aptitude d’honorer ses engagements extérieurs. Ces réserves en devises servent aussi de matelas, capables d’amortir, voire, d’absorber les chocs au niveau de la balance des paiements, en période de crise.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.