Observatoire Safidy : La transparence de la CENI remise en cause

Observatoire Safidy
La transparence de la CENI remise en cause

La transparence et la redevabilité de la CENI sont mises en cause, a fait remarquer l’observatoire Safidy, lors de la présentation de son rapport final des dernières élections législatives au CITE d’Ambatonakanga, hier. A cette occasion, cette structure a fait part d’un compte-rendu des faits qui se sont produits avant, durant et après les élections. D’après Marie Stella Razanamahefa, rapporteur de l’observatoire, Safidy demeure préoccupé par le manque de communication sur les communiqués et décisions, sur le budget et sur la nomination des membres des démembrements. Ce qui va à l’encontre des dispositions stipulées par l’article 9 de la loi sur le mode de fonctionnement de la CENI. Ils ont également constaté une divergence entre la CENI et ses démembrements quant à l’interprétation de la loi sur la validation des votes.
Safidy a relevé également la modification non transparente, non inclusive et précipitée de la loi électorale. C’était le cas pour la modification de la loi relative aux élections législatives, notamment le système électoral qui n’a été rendu publique qu’après son adoption. En outre, l’observatoire a constaté des lacunes et des imperfections dans le cadre juridique actuel, des lacunes tels qu’une vide juridique sur les procédures de remboursement de la caution en cas de refus de candidature, l’absence de dispositions sur la précampagne électorale, l’absence de plafonnement des dépenses de campagnes et le caractère non obligatoire de l’ouverture d’un compte bancaire pour la traçabilité des dépenses ainsi que l’ineffectivité des dispositions sur le financement des campagnes électorales.
En ce qui concerne l’administration électorale, l’observatoire Safidy a relevé le manque de communication auprès des électeurs sur les changements de la liste électorale, qui a privé les électeurs non informés du droit de voter.
Quant à la liste électorale, Safidy note une augmentation au niveau national de 3,81% des inscrits lors de la législative par rapport au deuxième tour de la présidentielle, soit 392 598 électeurs supplémentaires.
En ce qui concerne le bilan des résultats avec le taux de participation faible, la légitimité des députés est remis en cause dixit Hery Rason, responsable de la redevabilité auprès de Safidy. Il a noté qu’en se référant au taux de participation et au nombre de voix obtenu par les députés, ils sont mal élu car sur les 151 députés, 110 d’entre eux soit 73% des députés, toutes tendances politiques confondues sont élus avec un taux de participation réel inférieur à 20%, il n’y a que 8 députés soit 5% seulement qui sont élus avec un taux de 30% à 40% et qu’un seul député a été élu avec un taux de participation supérieur à 50% soit 55,21% plus exactement.
A propos du suivi du respect de la charte de bonne conduite et l’intégrité des candidats à l’instar des élections présidentielles, et dans le cadre d’une initiative prose par 12 entités. Le Safidy a fait la promotion de la charte dénommée «Toky nomena» aux élections législatives. Elle a été signe par 553 candidats, dont 528 titulaires et 25 mandataires, soit l’adhésion de 68,27% des candidats représentant une hausse de 38% par rapport au taux d’adhésion lors des élections présidentielles. 64% des violations des engagements du Toky nomena portent sur la période de campagne. 30% des violations portent sur les irrégularités et fraudes constatées durant le jour du scrutin. Ces violations concernent en grande partie la modification des résultats des votes par les ratures et surcharges des PV. Il en est ainsi par quelques BV dans les circonscriptions de Soalala, Arivonimamo, Betafo, Ambositra, Amparafaravola et Toliara II. 6% des violations ont été constaté après le scrutin. Il s’agit notamment des manifestations publiques liées à la contestation de résultats, suite à la remontée progressive des résultats au niveau des SRMV.
L’observatoire SAFIDY a noté qu’en général, les étapes du processus électoral, lors des élections législatives de 2019 se sont déroulées relativement dans le calme, hormis les quelques incidents et défaillances constatés.

Rindra R.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.