OECFM : Les enjeux des nouvelles dispositions fiscales

Les nouvelles dispositions fiscales inscrites dans la Loi de Finances 2018 ne compliquent en rien le travail des experts comptables, bien au contraire, cela facilite la tenue de compte, a indiqué hier au Panorama Andrainarivo Jaona Ely Rajeriarinalina, Président de l’Ordre des Experts Comptables et Financiers de Madagascar OECFM.
La rencontre d’hier fut une occasion pour la Direction Générale des Impôts d’exposer ces nouvelles dispositions à l’OECFM. Il en est ainsi de la modification du seuil d’assujettissement. Si auparavant cela avait permis de classifier trois régimes d’entreprises (grandes, moyennes et petites), il n’en reste plus que deux. Le régime intermédiaire encore appelé régime du réel simplifié a été éliminé, a confirmé Iouri Garisse Razafindrakoto, Directeur Général des Impôts. Les entreprises concernées ont généré une recette d’environ 4 milliards d’Ariary.
La suppression de ce régime intermédiaire devrait permettre d’améliorer les procédures, les déclarations mais également les recettes. Désormais, les entreprises ayant un chiffre d’affaires inférieur à 100 millions d’Ar sont assujetties à l’Impôt Synthétique et celles ayant un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’Ar sont assujetties au TVA et à l’Impôt sur le Revenu.
Parmi les nouvelles dispositions de la Loi de Finances 2018, l’on peut citer également l’instauration d’un certain aménagement sur le calcul de l’IS par application d’une réduction d’impôt de 2% des achats de biens et d’équipements avec factures réglementaires. Le Président de l’OECFM a mis en exergue l’importance des factures. Pour chaque transaction entre un vendeur et un acheteur, une facture devrait être émise afin de pouvoir dresser l’état financier, a-t-il poursuivi. A noter au passage que bien qu’une augmentation du nombre des experts comptables soit constatée, il existe des districts dans le pays où l’on n’en trouve pas du tout.
A la suite de différentes séances de présentations des nouvelles dispositions fiscale qui ont débuté à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, la mise en place des différents textes d’application est prévue a conclu le Directeur Général des Impôts.

C.R

Imprimer Imprimer