Point de vue : Preuves et contre-preuves

Ces élections législatives ont été une manière de suivre de près, ou plutôt, de revérifier les erreurs de la présidentielle de 2018. Les candidats perdants et les partis en mauvaise position se sentent-ils lésés face aux tendances des résultats provisoires ? La réponse est affirmative. Les présumés perdants au scrutin du 27 Mai dernier ont, cette fois-ci, uni leurs forces pour dénoncer les irrégularités.
Ces irrégularités sont flagrantes, à constater les preuves qu’ils détiennent. Une situation qui peut aller jusqu’à une déchéance en cascade des hauts responsables étatiques et des agents de l’Etat ainsi que les autorités électorales si les preuves sont retenues par la Haute Cour Constitutionnelle. Les accusations visent depuis les Chefs fokontany jusqu’aux plus hautes fonctions de l’Etat. C’est le côté des opposants au régime.
Mais de l’autre côté, des indépendants qui sont arrivés en tête dans plusieurs circonscriptions électorales ne sont pas sortis de l’auberge. Cette fois, ce sont les partis politiques et certains groupes de candidats qui dénoncent des irrégularités ayant abouti à la victoire de ces candidats indépendants. Des imperfections qui portent atteinte à la sincérité des votes si les preuves sont retenues.
Toutefois, la situation ne reste pas là. Une situation qui s’apparente à une bombe à retardement lorsque des malaises et des frustrations commencent à s’extérioriser. Ceci dit, la menace est réelle. Il faut, en revanche, se rappeler que ce sont les juges électoraux qui auront le dernier mot dans toutes ces formes de contentieux. Ces juges qui doivent travailler en toute sérénité, en-dehors de toute forme de pression.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.