Patrimoine de l’Etat : Garantir une gestion irréprochable

Assurer une gestion rationnelle et performante des actifs non financiers de l’Etat constitue un défi majeur à relever pour la Direction de Patrimoine de l’Etat. C’est pour renforcer la compétence des différents acteurs qu’une formation en gestion du patrimoine de l’Etat se tient depuis hier à la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Antananarivo (CCIA).
Les deux jours de formation s’articulent autour de la comptabilité des matières, le suivi des missions à travers le Système Informatisé Intégré de la Gestion du Transit Administratif (SIIGTA), ainsi que la gestion des véhicules et logements administratifs. La première journée a vu la participation des gestionnaires d’activités du ministère de l’Economie et des Finances ainsi que ceux des autres ministères. Les dépositaires comptables en matières ainsi que les comptables chargés des ordres de route, des baux et des véhicules administratifs prendront part à la formation de ce jour.
De nouvelles réformes sont ainsi engagées dans la gestion du patrimoine de l’Etat. Un service assistance est désormais disponible en ligne pour accompagner les agents. A l’issue de ces formations, chaque acteur budgétaire sera en mesure de participer à l’atteinte des objectifs fixés par la Direction de Patrimoine de l’Etat.
La séance d’hier a été dirigée par Guy Patrick Randriambolanirina, Directeur du Patrimoine de l’Etat (DPE) et rehaussée par la présence d’Oliva Emmanuëlla Randimbiarisoa, Directeur Général des Finances et des Affaires Générales.

Recensement

Tel que nous l’avions précisé dans nos colonnes, des séries de recensements sont prévues afin de disposer de données exhaustives et fiables sur tous les logements, les bâtiments et les véhicules d’au moins dix institutions et ministères d’ici la fin de l’année. L’ambition pour la Direction du Patrimoine de l’Etat de la Direction Générale du Budget est de constituer une base de données unique sur tous les biens immobiliers roulants de l’Etat repartis au niveau de tous les Services Opérationnels d’Activités (SOA) de la grande île. Cette base de données constitue incontestablement un outil indispensable pour assurer une gestion rationnelle des actifs non financiers de l’Etat. L’on apprend par ailleurs que les réparations et entretiens, les nouvelles acquisitions, voire, les constructions, seront programmés de manière transparente et efficiente. Ce qui mettra fin aux habitudes de certains responsables administratifs de systématiser les dépenses y afférentes, une pratique qui va à l’encontre de la maîtrise des dépenses publiques.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.