Pavillon Analakely : Le ton monte entre les marchands et la CUA

Pavillon Analakely : Le ton monte entre les marchands et la CUA

La FIPAVA ou l’association des commerçants des pavillons d’Analakely s’insurgent contre la Commune Urbaine d’Antananarivo. Selon les explications des membres de cette association hier, la CUA fait la sourde oreille à leurs demandes et doléances. Sans une solution concrète avancée par la CUA, cette association menace de durcir le ton. La FIPAVA demande en effet à la CUA de déloger vers un autre endroit plus approprié, les marchands qui occupent les trottoirs et la rue bordant les Pavillons d’Analakely. « Ces marchands ambulants constituent une entrave énorme aux activités des commerçants des pavillons d’Analakely. Nous nous acquittons régulièrement de nos taxes qui s’élèvent à 400 000 ou à 500 000 Ariary, alors que nos chiffres d’affaires ne cessent de chuter à cause de ces marchands informels » a expliqué la déléguée des marchands des pavillons d’Analakely, Sarah Lantoniaina. De même, l’absence de parking aussi bien pour leurs clients que pour les livraisons de leurs marchandises, dans les pavillons, est un autre grand problème pour ces marchands de la FIPAVA.
D’après ses dirigeants, la FIPAVA avait déjà par demandé à 3 reprises à rencontrer les dirigeants de la CUA et particulièrement le maire Lalao Ravalomanana, mais ils n’ont toujours pas obtenu de réponse positive. « Il faudra trouver des solutions immédiates. Des milliers de commerçants risquent la faillite si la CUA persiste à ne pas réagir à ce phénomène qui compromet les activités des commerçants des pavillons», a expliqué la déléguée des marchands. « Cela fait plusieurs mois que la CUA a placé ces marchands de trottoir du côté des pavillons sans aucun dialogue avec les commerçants formels des pavillons. La CUA avait pourtant admis par trois fois que ces marchands de rue ont squatté les rues et les trottoirs. Ils ont déjà occupé les lieux depuis le mois de décembre 2016, à cette époque, la CUA avait expliqué que c’est temporaire, mais apparemment, les marchands se contentent de demeurer sur les lieux sans pour autant être inquiétés jusqu’à mainte­nant », a souligné Sarah Lantoniaina.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.