Peste : Des cas suspects dans plusieurs régions

Le phénomène de maladie de la peste revient de nouveau sur le tapis. Des cas suspects ont été relevés dans diverses Régions du pays. Les autorités compétentes ont pris le taureau par les cornes. Toutefois, la vigilance est de mise. Il est notamment recommandé de nettoyer l’habitat afin de circonscrire la prolifération des rats.

A Madagascar, nous sommes actuellement dans la saison pesteuse. Des cas suspects de peste pulmonaire sont relevés dans les Régions suivantes : Vakinankaratra, Analamanga, Alaotra-Mangoro, Atsinanana, SAVA et Boeny. Des mesures sont et seront prises par les autorités sanitaires locales, en collaboration avec la communauté, dont le Comité de santé local, les Chefs fokontany, les Agents Communautaires, et la population concernée. La prise en charge des malades et la chimioprophylaxie des contacts, l’envoi des prélèvements à l’Institut Pasteur de Madagascar pour confirmation de diagnostic, la recherche active des cas, la désinfection des lieux d’habitation des malades et des lieux de passage desdits malades, la désinsectisation, la sensibilisation sur l’hygiène et l’assainissement du milieu et l’établissement du calendrier d’assainissement du Fokontany sont autant de dispositions entreprises.
Le ministère de la Santé Publique appelle la population à la vigilance face à la prolifération des rats, à la mortalité murine, à la pullulation des puces. Il recommande l’assainissement du milieu ainsi que la lutte contre les feux de brousse.
Fièvre brutale, toux avec crachats striés de sang, douleurs thoraciques, grande fatigue… font partie des symptômes de cas suspect de peste pulmonaire. Cette maladie est mortelle en cas d’absence ou de retard de traitement.
Les symptômes de cas suspect de peste bubo­nique, pour sa part, sont : fièvre brutale, ganglions douloureux au niveau du pli de l’aine, au niveau des aisselles, ou du cou.
En cas de présence de ces signes chez un individu, il faut le ramener aussitôt au centre de santé de base le plus proche. Le traitement est entièrement gratuit. Plus la prise en du patient est rapide, plus la guérison est effective.
Quoi qu’il en soit, « les cas suspects sont maîtrisés et les investigations se poursuivent. Les campagnes de dératisation sont toujours en cours », selon communication du ministère de la Santé.

Jemima R

Imprimer Imprimer