Pisciculture : Filière prometteuse, mais sous-exploitée

A Madagascar, la pisciculture est une filière encore très prometteuse. Malheureusement, les potentiels demeurent sous-exploités. Force est de constater que les offres ne suivent pas les demandes quoique le pays ne dispose pas encore de statistiques fiables sur la production piscicole à Madagascar. La production demeure par ailleurs très insuffisante. C’est dans l’objectif d’améliorer et de promouvoir le secteur piscicole que le projet AMPIANA (Appui au Marché Piscicoles d’Analamanga), financé par l’Union Européenne dans le cadre du programme ASA, a travaillé. Ce projet a été réalisé dans 30 Communes de 3 Régions, Analamanga, Vakinankaratra et Itasy pendant 5 ans et a pris fin cette année. Un projet qui a pu appuyer techniquement plus de 1500 pisciculteurs. L’appui technique de ce projet se fait sur des rizipisculteurs. Actuellement les rizipisculteurs appuyés par le projet produisent plus de 1 150 000alevins de carpes et près de 100 tonnes de poissons grossis. Cependant une vingtaine de producteurs en étang a également été faite autour de modèles à faible intensification. Dans le cadre de ses activités de Recherche le projet a travaillé sur l’amélioration des systèmes piscicoles et la production de connaissances sur cette filière. Selon les explications de Rija Andriamarolaza, en marge de l’atelier de capitalisation de clôture du Projet AMPIANA qui s’est tenu hier et ce jour au Le Pavé d’Antaninarenina, Madagascar dispose de trois modèles de production à savoir, la rizipisciculture qui consiste à valoriser la lame d’eau présente dans les rizières. Cela rend rentable également la production de riz de 10 à 20%. Il y a également la pisciculture en étang et la pisciculture en cage. Assurer la sécurité alimentaire est un défi à relever pour le gouvernement malagasy. La pêche continentale, la pisciculture y contribuent certainement.
Notons que la consommation de poisson par le Malagasy est encore faible, si la FAO a recommandé 10 kg/habitant/ an, à Madagascar, 5kg/habitant/ an est enregistré.

JemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.