Point de vue : Coup double

Madagascar va-t-elle être le 11ème pays à la fois membre de la Francophonie et du Commonwealth ? Le souhait des parlementaires britanniques, d’une part et des autorités malgaches, d’autre part. Jusqu’ici, 10 pays ont réussi cette prouesse, à l’instar du Cameroun, du Canada, de Chypre, de Dominique, du Ghana, de Maurice, du Mozambique, de Sainte-Lucie, des Seychelles et du Vanuatu. Mais les avantages ne sont pas les moins importants. Etre membre de ces deux organisations peut élargir notre ambition d’exporter et d’échanger dans le commerce vers 56 autres nouveaux pays. En effet, le Commonwealth, c’est 56 pays membres qui adoptent la libre circulation des biens et des personnes.
Sur le plan de l’appui au développement, les pays du Commonwealth bénéficient d’outils pour aider au développement économique des membres. C’est notamment le cas du CFTC (Fonds du Commonwealth pour la coopération technique) qui fournit les compétences techniques manquantes à certains Etats pour accélérer leur croissance économique. Sur le plan politique, le réseau de cette organisation, dirigée par la Couronne Britannique, a obtenu indéniablement beaucoup de succès. La représentation des pays membres au sein des instances internationales a fait ses preuves. Auprès des Nations Unies, la SADC, l’Union Africaine, la présence du Commonwealth demeure très dominante.
Madagascar devra-t-elle choisir entre la Francophonie et le Commonwealth ? Pas forcément ! La Grande Île, en tant que pays souverain, a le droit de faire ce qui compte le mieux pour son peuple. Irons-nous jusqu’au bout ? Certes, il y aura des étapes à franchir et des difficultés à surmonter avant d’y arriver. Et d’ailleurs, le rapprochement de Madagascar avec les pays du Commonwealth se fait de plus en plus ressentir avec une diplomatie économique beaucoup plus étroite.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.