Point de vue : Crimes politiques : vérité et justice introuvables

Les crimes politiques qui se sont succédé dans le pays restent non élucidés. Ils sont jusqu’ici qualifiés de «cold case». La vérité n’est pas établie jusqu’ici et la justice n’est toujours pas rendue. Ce jour, le pays commémorera le 45ème anniversaire de l’assassinat du Général Richard Ratsimandrava. Le mystère sur ce dossier reste entier. Qui étaient les responsables de cet assassinat ? Y avait-il une main étrangère dans la réalisation de ce complot hautement politique ? Qui en était le cerveau ? Autant de questions qui demandent des réponses et dont le peuple malagasy mérite de connaitre davantage.
Le dossier Ratsimandrava n’est pas le seul dans la liste des crimes politiques ou plutôt des accidents mortels ayant engendré des victimes dans les rangs des hauts responsables étatiques. L’accident mystérieux du Colonel Joël Rakotomalala et du Contre-amiral Sibon Guy du 30 Juillet 1976 à Ankazomiriotra reste sans suite. Faut-il rappeler que les documents publiés officiellement ne permettent toujours pas de déterminer si cet accident était dû à une défaillance technique ou plutôt lié à un acte de sabotage.
Il en est de même du cas de Nadine Ramaroson alors ministre de la Population de l’époque, et qui a été victime d’un accident de la mer alors qu’elle rejoignait Soanierana Ivongo depuis Sainte-Marie le 28 août 2011. Sa famille réclame justice et toujours en quête de la vérité. Là aussi, le doute persiste. S’agissait-il d’un acte de sabotage ou d’un accident ?
S’ajoutent à cette liste d’évènements tragiques les soulèvements populaires ayant causé la mort de plusieurs personnes. 1er avril 1971, Tsaky Tsaky zato arivo du 13 mai 1972, Kung fu contre Resep de 1985, Hery Velona du 10 août 1991, Mpampandry tany de 2002 et Iny Lalana iny du 07 Février 2009 ont été des jours sombres de notre histoire, mais toujours demeurés sans suite. Vivement l’établissement de la vérité !

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.