Point de vue : Entre continuité et rupture

Il y a une forme de continuité de l’Etat mais il y a également une forme de rupture avec le passé. C’est le constat de la situation qui prévaut dans le pays actuellement. Continuer à mettre en place et rendre de manière opérationnelle les Zones Economiques Spéciales (ZES) avec les Mauriciens, poursuivre le chantier d’extension de l’Aéroport d’Ivato, la poursuite du projet de forage dans le Sud, sont entre autres des projets qui ont été entamés par le régime Rajaonarimampianina. L’actuel régime a hérité de plusieurs chantiers en cours de finition ou en cours d’élaboration. C’est un bon signe dans la mesure où cette continuité est maintenue dans le cadre de la construction d’infrastructures. L’on s’attend ainsi à la pose de la première pierre de l’autoroute Antananarivo – Toamasina qui a été ficelée en 2016.
Toutefois, cette facette n’est toujours pas le cas dans certains projets qui se trouvent désormais abandonnés. C’est le cas de plusieurs constructions dans la capitale et ses périphéries. Les projets présidentiels qui étaient conclus avec des Chinois sont soudainement stoppés pour des raisons encore floues. Les travaux de construction de la rocade Ambohitrimanjaka vers Ambohidratrimo sont suspendus alors qu’ils devront être inaugurés cette année. Les initiatives de développement en partenariat avec les investisseurs internationaux sont restées en veilleuse. Et les hauts responsables qui étaient de mèche avec l’ancien régime sont limogés. C’est la forme de rupture qui se trouve menaçante. Toutefois, l’inquiétude persiste du côté des analystes en économie. Ira-t-on vers un recul économique, voire une récession ? A l’heure où aucun signe d’investissement n’est perçu que ce soit dans le domaine public ou dans le secteur privé, le ralentissement de notre économie se fait sentir. En tout cas, nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.