Point de vue : Jusqu’ou irons nous ?

Dire que le régime est à l’origine de tous les maux du pays, les responsables de tous les problèmes sont les dirigeants actuels, la corruption prend de l’ampleur, les blanchiments de capitaux se multiplient, les attaques et vols à mains armées se multiplient, … Voilà le constat dressé par les opposants au régime. Il faut dire qu’ils ne sont pas aussi innocents que ça dans toute cette situation. Les opposants ont certes pris part à tort ou à raison à toute évolution de la situation. Positive ou négative, c’est le peuple qui en tranchera dans quelques mois.
Ces derniers temps, les gesticulations politiques se multiplient. Les coups bas politiques, histoire de vols de dossiers pour alimenter les débats et faire porter le chapeau aux actuels dirigeants est totalement incompréhensible. Dans quel intérêt les dirigeants ou les responsables étatiques vont-ils s’adonner à faire disparaitre des dossiers judiciaires ? Ce n’est pas du tout dans l’intérêt de la stabilité, un point que les dirigeants travaillent d’arrache pied pour préserver coûte que coûte cette stabilité. Les surenchères politiques visant à faire fléchir les politiciens de la majorité ou les manœuvres de tout bord calculées pour essayer de ralentir l’avancée de cette majorité pro-régime, tels sont les cas de figure qui se mettent en place. Les anciens dinosaures politiques refont surface, certains font des clins d’œil, d’autres vont au front pour ensuite revenir sur leur décision. Des fois, on sent de l’odeur pécuniaire derrière les gesticulations.
Mais les politiciens véreux, ceux qui prônent le patriotisme et le développement ne se sont jamais empressés pour annoncer l’avancée de Madagascar dans l’attraction des investissements à travers le classement « Doing Business ». Faut-il attendre que des diplomates étrangers et des instances internationales en parlent pour croire aux avancées sur le cadrage macro économique, la ruée des investissements directs étrangers, l’accroissement des investissements en infrastructures ? Et là encore, ces efforts sont presque transparents, invisibles à l’œil nu pour certains. Madagascar connaitra une nouvelle échéance électorale dans les mois qui viennent. Alors, la course est ouverte. Le petit citoyen attendra celui qui a su lui servir au mieux, ou celui qui servira encore mieux. Se révolter ou s’adapter, il n’y a guère d’autre choix dans la vie. Cette citation de Gustave le Bon nous amène à choisir entre stabilité et troubles ou aussi entre développement et pauvreté. Tout est question de choix !

Imprimer Imprimer