Point de vue : La fin de l’exclusivité du partenariat ?

La Grande Île est actuellement dans une ère où les puissances internationales, les pays émergents et les nouvelles nations industrialisées concourent en vue de conquérir des marchés. Le monde semble ne plus être exclusivement entre les mains des grandes puissances notamment du G7. La Chine, l’Afrique du Sud, la Turquie, le Maroc, … commencent à s’imposer. Madagascar est un des pays qui intéressent ces pays à forte croissance économique. Pas plus tard qu’hier, la Chine propose son expertise pour améliorer le réseau des télécommunications de Madagascar.
Il faut que nous saisissions cette opportunité qui s’ouvre. Certes, la question de l’exclusivité du partenariat ne se pose plus, à voir la situation actuelle. L’arrivée de nouveaux investisseurs tels que les Japonais, les Italiens, les Russes ou aussi les Indiens ne doit pas laisser indifférents les acteurs politiques et économiques de notre pays. Mais dans cette vaste opération de coopération «win – win», c’est à nous les Malgaches de s’imposer et de démontrer ce que nous voulons et ce que nous avons besoin et non pas le contraire. S’imposer ne veut pas dire trier ce que les étrangers proposent de faire, mais plutôt donner avec des documents à la main ce que nous attendons, ce qui est bien pour notre population et ce qui est bénéfique pour la majorité.
Parfois, nous manquons de proposition ce qui handicape souvent nos techniciens rendant ainsi difficile la réalisation de projets pour les dirigeants. L’insuffisance de chiffres fiables, l’absence de statistique déterminée, et parfois l’insuffisance de projets tant pour le développement que pour les investissements privés. Est-ce à dire que nous manquons de visions dans l’ensemble, rendant difficile la réalisation des programmes des dirigeants ? Il faut reconnaitre que les différents Chefs d’Etats qui se sont succédés dans le pays ont tous proposé des programmes ambitieux, très ambitieux mais qui n’ont pu être réalisés à terme. L’heure est au travail, chacun a le devoir d’accélérer la cadence pour avancer vers ce développement que tout le monde attend ! On ne peut jamais avancer si on attend toujours les autres pour faire développer notre nation. Notre essor doit d’abord provenir de chacun de nous comme le dit l’expression «aide toi et le ciel t’aidera».

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.