La réconciliation nationale reprend son cours

La nomination de la composition du comité de sélection nationale des membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) a été ficelée une semaine plus tôt. Et voilà que les instances internationales sont dans nos murs, notamment la délégation de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC). Le long processus, qui a démarré depuis la Transition, va de nouveau reprendre. Un processus qui avait alimenté les tensions entre les Institutions de la République en 2015 notamment entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif.
Les avis sont, toutefois, partagés au sein de la Communauté Internationale quant à la mise en œuvre de ce processus de réconciliation nationale. Certaines chancelleries étrangères ne voient pas l’importance d’une telle initiative pour faire avancer Madagascar vers son développement. Mais, force est d’admettre que Madagascar a été minée par des querelles politiques qui devenaient de plus en plus violentes au fil des années. Alors, faut-il s’attendre à ce que des violences, susceptibles d’engendrer des pertes humaines considérables, se produisent pour, enfin, initier un processus de réconciliation nationale fiable ? Du moins, l’Union Africaine et la SADC ne sont pas de cet avis. Pour ces deux entités, la stabilité de la Région est primordiale autant que la nécessité d’une réconciliation nationale est impérative afin que le développement puisse devenir une réalité dans la Grande Île. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle ces deux organisations soutiennent indéniablement toute initiative visant à promouvoir ce processus.
Toutefois, le processus de réconciliation intéresse les politiciens. Du moins les 3 anciens Chefs d’Etat, à savoir, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy. Leurs valets et leurs lobbyistes ne restent pas les bras croisés pour tenter de conquérir la place politique dans ce processus. Gouvernement d’union nationale, partage de sièges… autant de gesticulations qui pervertissent parfois l’essence même de la réconciliation nationale.

Imprimer Imprimer