Point de vue : La reprise du secteur touristique

En cette saison touristique où bon nombre de nos citoyens et des étrangers empruntent les sites balnéaires et les lieux privilégiés pour passer les vacances. La question de la sécurité devient plus qu’importante. Les Forces de l’ordre, notamment, la Gendarmerie et la Police Nationale sont à l’œuvre aux points de contrôle des routes nationales. Sur la RN7 vers le Sud, la RN4 vers Mahajanga et la RN2 vers Toamasina. Ceci dans le but d’éviter non seulement le banditisme et les attaques, mais aussi pour prévenir les accidents de la circulation tout en ramenant les usagers de la route à la raison.
La saison touristique est moins bonne, pour ne pas dire en retard, par rapport aux autres années en termes d’occupation des hôtels. Les nationaux sont moins nombreux à se déplacer dans les provinces et dans la brousse. La rénovation du calendrier des examens a des répercussions sur la saison touristique. Il faudra ainsi attendre la fin des examens officiels pour connaître l’affluence dans les zones prisées des vacanciers nationaux. Et de l’autre côté, les étrangers sont de plus en plus nombreux à fréquenter les zones touristiques malagasy. Nosy-Be, Sainte-Marie, Toliara, Mahajanga, Morondava, Antsirabe… autant de villes, villages, privilégiés par les touristes étrangers. Le taux d’occupation des hôtels de luxe avoisine les 70%, a-t-on appris. Les infrastructures hôtelières de qualité, offrant des services aux normes internationales, ne sont pas pour autant désertés par leurs clients.
La question d’insécurité demeure difficile à résoudre. Comme si l’équation était difficile et semée d’embûches. Les réseaux de malfaiteurs sont plus que jamais actifs même si les réseaux de kidnapping ont été démantelés. Les vols et attaques à main armée, associations de malfaiteurs dans des vols de bovidés, attaques aux transporteurs sur les routes nationales… autant de faits qui terrorisent la population tant urbaine que rurale. Quoi qu’il en soit, chacun tente de rempiler, notamment les Forces de l’ordre, afin de remettre de l’ordre pour que le développement soit un acte et non plus de vains mots.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.