Point de vue : La transformation de proximité comme solution

Madagascar ambitionne de mettre en place plusieurs unités de transformation dans les 22 régions. Les zones les plus reculées ne seront pas en reste. La politique de développement initiée par le régime prévoit de rapprocher le développement auprès des collectivités décentralisées. Une telle initiative demande tout de même des efforts considérables, voire des investissements colossaux de l’Etat. Des infrastructures routières pour les transports des produits, des infrastructures agricoles, portuaires, aéroportuaires, électriques, … autant de défis qui ne peuvent être ignorés pour attirer les capitaux internationaux.
Dans cette lancée, le domaine de l’éducation et de la formation ne doit pas être ignoré. Il s’agira de doter ces investisseurs de ressources humaines qualifiées aux grands travaux. Rappelons que l’installation des usines d’Ambatovy et de QMM ont nécessité l’expatriation de main d’œuvres étrangers notamment des Philippins et des Sud-africains. Pour recruter des soudeurs, les dirigeants de ces compagnies n’ont pas pu retrouver de la main d’œuvre locale faute de formation. C’est ainsi un domaine que l’Etat a pour devoir de soutenir pour que les jeunes du pays puissent bénéficier pleinement du développement du pays. Certes, des jeunes sont formés en agriculture, en gestion, en informatique, mais lorsqu’il s’agit de montage d’une unité industrielle, les patrons se tournent souvent vers l’extérieur du pays.
Ce problème de Madagascar n’est pas atypique du pays. C’est un souci de l’Afrique tout entier. Il freine le processus d’industrialisation à outrance que l’Union Africaine veut instaurer coute que coute dans les 20 prochaines années. La formation professionnalisante s’avère ainsi incontournable dans cette ambition. Ce sera la jeunesse et l’avenir de la population du continent qui sont en jeu si aucune mesure ferme ne sera entamée par les dirigeants.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.