Point de vue : La transition dans une transition !

18 Janvier 2019. Passation officielle entre les deux Présidents, celui entrant Andry Rajoelina et le sortant Hery Rajaonarimampianina, sous le regard bienveillant de Rivo Rakotovao alors Président de la République par Intérim qui venait ainsi d’achever sa mission à la tête de l’Etat. Une cérémonie haute en couleurs avec la présence massive des membres de la presse, mais revêtait en coulisses certaines formes d’incohérence. La surprise venait ainsi le soir lorsqu’un Conseil des ministres avait été convoqué et que le gouvernement avait adopté le décret 2019-011 portant nomination de la Grande Chancelière de l’Ordre National Malagasy en la personne de Madeleine Ramaholimiaso. Et c’est le Premier ministre Chef du gouvernement qui avait signé le décret en question.
Une circonstance passée inaperçue et personne n’en avait parlé depuis. L’on se demande tout de même si le Premier ministre devenait le Chef de l’Etat intérimaire pendant quelques heures ? Rappelons-nous que l’article 6 de la loi 2017-001 Instituant l’Ordre National Malagasy précise que « la Grande Chancellerie est dirigée par le Grand Chancelier nommé par décret pris en Conseil des ministres ». Le pays était d’ailleurs en quête d’un nouveau Grand Chancelier depuis Octobre 2017, période à laquelle était décédé Etienne Ralitera, le dernier nommé à cette haute fonction de l’Etat.
Ces circonstances faisaient croire qu’une petite transition s’est formée durant cette période transitoire. Une période transitoire, certes, puisque le nouveau Président de la République, en la personne d’Andry Rajoelina, ne pouvait prendre les pleins pouvoirs que le lendemain soit après son investiture officielle. Force est de constater qu’aucune décision de vacance de poste ni d’affectation de titre, ni encore de constatation de vacance de siège n’avait eu lieu durant cette période. Et d’ailleurs, la Constitution de la IVème République précise dans son article 95 que la loi fixe les règles sur le Conseil de l’Ordre National Malagasy.
En tout cas, les principaux acteurs en sont encore présents dans la vie politique du pays, jusqu’ici. Le Président de la République, le Président du Sénat, le Premier ministre qui auront, certes, le devoir d’apporter des précisions autour de ces circonstances assez curieuses.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.