Le culte de la perfection et du défi manque dans ce pays

La perfection et le défi. Deux mots qui sont souvent absents des gestes quotidiens de la génération malgache. Se contenter de ce qu’on a et attendre l’aide d’autrui, c’est en tout cas l’attitude qu’adoptent bon nombre de nos concitoyens. Tous les secteurs sont touchés par ce phénomène. Le sport, la culture, l’agriculture et l’élevage, le monde des affaires, la recherche, l’éducation, entre autres, en sont les plus concernés.
Un ancien Directeur Général d’un institut de formation professionnelle a livré sa perception de la jeunesse du pays face à ce phénomène. La vie professionnelle, c’est comme celle d’un athlète. Un athlète chevronné ne se contente pas uniquement de sa médaille, il devra relever le défi de battre le record mondial, a-t-il lancé. Dans notre pays, nous nous contentons de gagner une médaille et on en reste là. Comment peut-on aller loin si l’on se limite uniquement au seuil de la réussite, s’est-il demandé.
Cette situation laisse alors la place, et beaucoup de place, aux étrangers et aux petits « malins ». La classe moyenne devient alors moins responsablilisée, les cadres désorientés et, en tout, ce sont les leaders du pays qui deviennent ignorés faute de défis. L’administration publique, le secteur privé, notamment, les businessmen malagasy, les jeunes leaders sont tous concernés. Le courage d’aller plus loin avec les moyens dont on dispose n’est pas au rendez-vous. C’est sans doute une des raisons de l’escalade de la corruption et celle de la pauvreté. L’éducation aura beaucoup à apprendre à nos concitoyens afin d’accélérer l’expansion de notre Nation.

Imprimer Imprimer