Point de vue : Le prix fort à payer

L’organisation des futures élections ne sera pas chose facile pour l’Etat malagasy sans un appui international. Financer les 2 tours de la présidentielle nécessitera la mobilisation d’au moins 60 milliards Ariary comme le prévoit la Loi des Finances 2018. La communauté internationale qui a d’ailleurs annoncé son appui à raison de 12 millions d’USD soit l’équivalent de 36 milliards Ariary.
La conjoncture actuelle nécessitera ainsi le déploiement de gros moyens financiers, matériels et techniques à constater l’évolution de la situation. Les textes électoraux récemment mis en vigueur ont préservé les pratiques modernes en matière d’élections : utilisation des bulletins uniques de vote ainsi que celle des feuilles autocopiants pour la constatation des résultats à travers les procès verbaux de scrutins. Le plus dur à réaliser et d’ailleurs ce sera incontournable sera l’acheminement des matériels de vote auprès des autorités électorales, notamment auprès de la Haute Cour Constitutionnelle, ainsi que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Le facteur temps ne jouera pas en faveur de ces instances à travers les futurs scrutins qui, rappelons-le, sera à caractère national. Les transferts de ces résultats et de ces matériels de vote nécessitera ainsi l’usage de nouvelles technologies de l’information et de la communication en première partie mais aussi de moyens de transports les plus rapides. L’appel au service des aéronefs, hélicoptères et avions, depuis les zones les plus enclavés du pays n’est pas écarté. L’Etat aura ainsi cette obligation d’aller de l’avant et travailler de manière efficace et efficiente pour mener l’organisation d’élections crédibles.
Ceci étant, la mobilisation ne sera pas uniquement politique. Ce ne sera pas chose facile pour le gouvernement qui gèrera ces futures élections de trouver les moyens nécessaires que réclame la Constitution de la IVème République et les textes électoraux. Les politiciens de l’opposition ont, rappelons-le, refusé la modification de la Loi fondamentale sur les aspects électoraux. Maintenant, c’est à l’Etat de redoubler d’efforts pour l’organisation de ces futurs scrutins.

Imprimer Imprimer