Les embouteillages sont anti-économiques

Ces derniers jours, la capitale a vécu des bouchons monstres. Une situation qui ne laisse pas indifférents les automobilistes en particulier et les usagers de la route, en général. Un trajet de moins d’un kilomètre se fait en une bonne demi-heure. Anosivavaka, Alarobia, 67Ha, Andavamamba, Ankorondrano, Ankadifotsy… Des quartiers très prisés par la circulation urbaine aux heures de pointe.
Ces embouteillages alimentent la colère des usagers de la route. Même les agents chargés de régler la circulation se sentent débordés. Force est tout de même de constater que c’est le ministère des Travaux publics qui s’active à réhabiliter les routes et ruelles endommagées par les intempéries. Mais où en est la Commune Urbaine d’Antananarivo qui est sensé être le premier responsable chargé de gérer les routes au sein de sa circonscription ? Aucune réaction n’est entendue du côté d’Analakely.
Ce mutisme est-il une stratégie politique visant à contrecarrer le gouvernement et l’Etat central afin de créer et d’alimenter la colère des habitants de la ville ? Il faut rappeler que ce fut souvent le cas durant les régimes précédents. Mais fort heureusement pour le gouvernement, au profit des Tananariviens, que cet Etat central a pris les choses en main.
Si la circulation est bloquée, c’est l’ensemble de notre économie qui patauge. Les dépenses en carburants augmentent chez les automobilistes et les motards. Les usagers des transports urbains sont également pénalisés par des retards considérables. En somme, c’est l’ensemble de la population qui se trouve handicapé par cette situation. Il faut y remédier dans un délai très bref.

Imprimer Imprimer