Point de vue : L’heure du relèvement

L’heure du relèvement

Le cyclone Eliakim n’a pas épargné les villes et les villages sur son passage. Les scènes de désolation sont tellement frappantes que la nécessité d’une mobilisation s’impose. Les autorités étatiques à tous les niveaux n’ont pas le droit d’attendre, même une seconde, face à l’ampleur des dégâts.
Les infrastructures publiques sont détruites ou endommagées suite au passage de cette perturbation intense. Les pluies abondantes ont ravagé les routes, accentué les inondations. Les zones qui n’étaient pas sur le trajet d’Eliakim ont connu également la galère. Il en est ainsi des Districts d’Ambanja et d’Ambilobe où les crues ont emporté un tronçon de route rendant impraticable la Route Nationale 6 reliant la Capitale à Antsiranana.
Les victimes se comptent par milliers. Les pertes occasionnées se chiffrent à des milliards d’Ariary. L’heure est maintenant au bilan et au redressement. Les sinistrés auront, certes, besoin de la plus grande assistance de l’Etat. Les collectivités décentralisées, victimes d’Eliakim, bénéficieront sans doute besoin de l’appui de l’Etat central. La réhabilitation des infrastructures détruites, ainsi que le rétablissement de la vie quotidienne de la population, sont le plus grand défi que les responsables, élus et autorités locales, devront relever.
Le bon côté des choses est que le cyclone Eliakim a apporté des pluies. Beaucoup de pluies. De l’eau indispensable à notre agriculture. Les producteurs agricoles se sont réjouis cette année de cette pluie en abondance, contrairement à l’année dernière où la sécheresse a beaucoup sévi et compromis les récoltes.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.