Point de vue : Osons réclamer la qualité

La qualité et le respect des normes demeurent deux points encore invisibles à Madagascar. Le petit consommateur ne se soucie pas, dans la majorité des cas, de l’origine ou du mode de fabrication et encore moins de la conservation des marchandises qu’il achète ou qu’il consomme. Il se contente tout simplement de l’acheter et de le mettre ou de le manger.
Vérifier les dates de péremption des marchandises n’est pas de coutume dans notre pays. Par conséquent, les fraudes et les étiquetages illégaux deviennent monnaie courante. Les conséquences sont encore pires lorsqu’elles affectent la santé publique. Les urticaires, les diarrhées sont les conséquences directes des intoxications dues à la consommation de produits périmés. Osons dire que les Malagasy consomment fréquemment des fromages, du riz, de l’huile et parfois des biscuits périmés à l’insu des inspecteurs du commerce.
Ce problème ne concerne pas uniquement les produits alimentaires. Les produits chimiques tels que les accumulateurs, les cosmétiques ainsi que les médicaments sont concernés. Des magasins ne se privent pas de mettre sur leurs étalages des produits non alimentaires dont l’usage est limité dans le temps.
La question de la qualité et des normes est une priorité. Toutefois, les actions du gouvernement ne peuvent suffire à faire respecter les règles. Il faut également une éducation et un esprit méticuleux des consommateurs. Une attitude qui permettra par la suite d’améliorer le quotidien et de permettre aux petits consommateurs d’être plus exigeants sur la qualité des produits qu’on leur vend. Les industriels et les producteurs locaux doivent également améliorer les qualités de leurs produits pour que les citoyens puissent consommer sans crainte et pourquoi pas sans … modération.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.