Point de vue : Passons aux choses sérieuses

La bonne gouvernance et la bonne gestion. Ce sont des mots pris à plusieurs reprises par les politiques dans le but d’attirer l’attention des observateurs. En réalité, elles sont difficiles à mettre en œuvre sans une meilleure anticipation des dirigeants. Une anticipation qui prend en compte une multitude de paramètres. Aujourd’hui, une convention entre la Banque Mondiale et l’Etat malagasy sera signée dans le cadre du projet d’Amélioration de la Gouvernance et du secteur électrique (PAGOSE). C’est une opportunité permettant d’avancer davantage dans la bonne marche du secteur de l’énergie demeurant une problématique majeure pour Madagascar. L’Etat malagasy a du mal à subvenir davantage aux dépenses de la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité, le poussant ainsi à investir davantage dans l’énergie renouvelable d’une part mais également à soutenir le partenariat public privé dans le secteur de l’énergie.
Tous ces efforts ont pour objet de sortir le pays du «black out» que bon nombre de Malagasy ont vécu quotidiennement de 2009 à 2015. Les nouvelles installations ont permis de réduire les coupures fréquentes du moins, mais surtout les dizaines d’heures, voire une journée entière de coupure. Qui en sont les responsables ? Les gouvernants, les dirigeants de la Jirama, les employés, les fournisseurs et même le simple consommateur en sont impliqués de près comme de loin dans l’effritement de cette compagnie enregistrant une dette de centaines de milliards d’Ariary en 2015. Ils seront également responsables du redressement de celle-ci. Stop aux vols de connections, aux vols de carburants, aux imperfections dans l’administration et aux copinages en tout genre !
Ce qu’attend maintenant le petit citoyen, c’est de consommer de l’énergie comme bon lui semble. Que les coupures fréquentes soient une histoire ancienne et les délestages comme un conte. Tout le monde veut en profiter de cette énergie source de développement du pays. Il faut dire que sans électricité, il n’y aura pas d’industries. Et pas d’industries, il n’y aura sans doute pas de créations d’emplois. Le redressement de la JIRAMA et le développement du secteur de l’énergie est capitale pour ce pays en quête d’industrialisation à outrance. Au moins, les partenaires internationaux de Madagascar ne découragent pas dans le but d’asseoir un partenariat dit … gagnant – gagnant.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.