Point de vue : Quand la passion pour la délation devient menaçante

Quand la passion pour la délation devient menaçante

Les manifestations sur le parvis de l’Hôtel de Ville ont désormais pris une tournure très… politique. Les leaders du mouvement, à l’instar des députés du TIM et du MAPAR se sont livrés à des campagnes de délation et de dénigrement à outrance. Des accusations ont été formulées devant les manifestants depuis maintenant 48 heures. Des propos haineux, incitant à de la vindicte et au lynchage sont délibérément proférés.
A cette allure, l’avènement de la violence s’annonce de plus en plus menaçant. Allons-nous revivre les mêmes histoires de 1972, 1991, 2002 et 2009 ? Pillages, saccages, incendies, meurtres… Des moments sombres que le pays avait endurés et qui semblent se perpétuer. A qui profitent toutes ces atrocités ? Certainement pas au peuple, ni aux paysans, ni aux travailleurs et encore moins aux investisseurs. Le renouvellement de la classe politique semble difficile à mettre en place lorsque les mêmes têtes se retrouvent souvent au-devant de la scène que ce soit au niveau des dirigeants que des opposants.
Le dialogue, qui a toujours primé dans les résolutions de crise à Madagascar, devra impérativement réussir. La pérénisation des crises cycliques dans la Grande Île ne sera plus bénéfique au pays. Perpétrer un coup d’Etat, constitutionnel ou anticonstitutionnel, ne fera qu’engendrer une crise économique dans le pays en quête d’expansion. Maintenant, il faut passer à la vitesse supérieure en termes de refondation et de réconciliation nationale. En revanche, refondation et réconciliation ne devraient pas engendrer une stagnation du processus électoral. Un processus garant du renforcement des liens qui nouent notre pays aux bailleurs de fonds internationaux. Mais, dans la vie, tout est question de choix, il nous appartient de choisir entre le chemin de la stabilité et celui de la récession.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.