Point de vue : Que veut-on vraiment ?

Les Malgaches sont réputés être des croyants au sens strict du terme. La foi a été inculquée dans notre culture depuis des centaines d’années. La foi en l’Eternel et au créateur n’a jamais été séparée de notre tradition. Ancestrale ou contemporaine, si on ose le dire, le spirituel et la croyance ont bel et bien occupé le quotidien de notre peuple. Chrétiens, Musulmans, Judaïstes, les Malgaches en sont des adeptes voire des militants de la foi.
Force est de constater que cette foi ne s’interpose pas dans le système politique du pays. La stabilité et le développement n’ont pas pu s’installer dans notre histoire politique. Depuis les années 1800, notre pays a connu une série de déstabilisations politiques notamment au sein du Royaume de l’Imerina. La série noire a de nouveau resurgit 12 ans après l’avènement de la République. 1972, 1975, 1982, 1991, 1995, 2002, 2009, des dates qui ont marqué des séries de troubles et d’affrontements, parfois violents, ayant causé des bouleversements dans notre paysage politique. Est-ce suffisant pour dire que l’incrédulité s’abattait dans notre système politique ? Nos acteurs politiques sont-ils moins croyants pour être par la suite impatients ?
Ces derniers jours, le débat autour de la prestation de serment du nouveau Président de la République sans une Bible devient polémique. Une polémique insensée vu que Madagascar n’est pas un Etat religieux mais par contre croyant. Ce qui dit que son peuple ne s’en remet pas à une seule religion.
Mais il y a sans doute un blocage quelque part dans cet esprit figé qui se veut imposant dans la République. L’éducation, certes, revient à être renforcée davantage. Une rupture avec notre passé s’impose si nous voulons réellement avancer. Toutefois, il faut que nous prenions connaissance de notre histoire, que tous les citoyens s’en acquérissent, afin que nous puissions réajuster ce que nous allons tracer de notre avenir.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.