Point de vue : Quid des fruits de nos recherches ?

Quid des fruits de nos recherches ?

Fuites de cerveau, expatriation de nos intellectuels, diplômés au chômage… autant d’actes qui témoignent du danger que présente notre pays ces 30 dernières années. Plusieurs facteurs sont les causes de ces faits réels qui engendrent davantage notre division. Nos intellectuels ne s’intéressent plus à la « chose publique », voire, se désengagent de la vie de la Nation.
Il y a, certes, une frustration quelque part. Frustrés, nos intellectuels ne veulent plus apporter leurs expériences au profit du pays. C’est malheureux pour un pays qui produit de grands experts scientifiques, recrutés par les grandes puissances. Les fruits de leurs recherches sont souvent utilisés à l’étranger, mais n’intéressent pas les investisseurs locaux. Au fait, les opérateurs économiques locaux ne priorisent pas souvent les financements des recherches alors autorisés par la loi et même dans les principes de gestion, notamment, dans le Plan Comptable Général.
Les centres de recherches à Madagascar ne manquent pas. Les centres d’application n’en sont pas moindres, mais le manque de motivation et de promotion des efforts de nos ingénieurs favorise notre recul sur ce sujet. L’Etat, lui aussi, ne peut pas supporter seul les financements et les investissements de recherches scientifiques. Les appuis internationaux et les coopérations avec les partenaires étrangers sont, entre autres, les bouffées d’oxygène qui alimentent avec l’Etat ces centres laissés parfois en veille. N’est-il pas temps de revoir nos richesses intellectuelles pour les mettre au profit du développement ? Tous les secteurs sont concernés, notamment, l’agriculture, l’élevage, la chimie, la biologie, l’environnement et même la santé. L’industrialisation des résultats de nos recherches doit être une priorité pour que le pays soit un modèle dans sa Région, son Continent et, pourquoi pas, dans le monde…

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.