Point de vue : Soyons beaucoup plus honnêtes !

L’entrée de Madagascar dans l’exploitation des énergies renouvelables n’est plus un mythe. Certes, il a fallu du temps, des moyens financiers et de la rigueur pour y arriver, mais le pays est sur la voie de la migration. Les différents moyens sont conjugués par les autorités malagasy pour sortir du joug de l’utilisation du thermique. Jusqu’ici, plus de 80% de la production électrique de Madagascar proviennent des centrales thermiques et surtout dépendantes du gasoil. Conséquence, le coût de l’électricité est plus que jamais exorbitant et dépasse largement le double du coût de production d’une centrale à énergie renouvelable.
Le soleil, l’eau, le vent et les ordures ménagères… autant de ressources en abondance à Madagascar. Durant ces 2 dernières années, les centrales solaires et hydrauliques, ainsi que les micros centrales se sont multipliées dans le pays. Le rapprochement de ces installations de production électriques dans les zones de production agricoles est plus que bénéfique au pays. La transition vers la transformation à outrance est impérative pour soutenir l’économie du pays et pour soutenir en parallèle l’évolution démographique de notre Nation. Ceci dit, ces investissements en infrastructures énergétiques doivent être compensés par l’usage intensif qui ne peut être que l’industrialisation.
Mais pour accélérer la cadence, tous les moyens ont été utilisés par les autorités politiques du pays. Partenariat Public-Privé, financements extérieurs, accords étatiques … Et là, plusieurs blocages sont constatés. Certains partenaires prétendument bailleurs classiques de Madagascar veulent faire trainer les choses en décalant de 2 à 3 années une réalisation qui peut se faire en 6 mois. C’est une réalité qui gangrène l’ensemble de l’Afrique lorsque les bailleurs traditionnels essaient d’engager un Etat pour arriver à un résultat zéro à la fin. Persévérer, c’est la clé de la réussite de n’importe quel pays. Sans cette persévérance, aucun pays ne peut assurer son développement avec ses bailleurs et partenaires financiers dits « traditionnels ».

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.