Point de vue : Tout reposera sur les législatives

La révision de la Constitution est une étape qui semble incontournable à en croire les dires du Président de la République lors de la présentation du bilan des 100 jours à la tête du pays. Plusieurs réformes sont sans aucun doute nécessaires pour asseoir une stabilité politique. Une stabilité qui ne va sans dire coexister avec le respect de la démocratie et des valeurs républicaines.
Les deux options ainsi renvoyées par l’article 162 de la Constitution sont les recours que le régime peut utiliser afin d’avancer vers la retouche de la Loi fondamentale. Le Président de la République peut initier une telle démarche en statuant en Conseil des Ministres la nécessité d’une révision constitutionnelle. De l’autre côté, le Parlement est habilité à déclencher ladite retouche à travers un vote de la majorité des deux tiers des deux chambres du parlement. Le projet de révision qui doit par la suite être approuvé par une majorité des trois quarts de l’Assemblée Nationale et du Sénat avant d’être soumis au référendum. Dans les deux options, les deux chambres du parlement demeurent incontournables. Le régime actuel va-t-il mettre sa totale confiance au parlement représentant du peuple et des collectivités ? L’initiative de la révision de la Loi Fondamentale ne doit-il pas être une émanation du peuple afin d’éviter toute forme de dérives dictatoriales ?
La composition de la Chambre Basse va ainsi jouer fortement sur l’avenir du régime et de la Constitution de la IVe République. Une majorité acquise aux partis du régime instaurera une stabilité sans équivoque et permettra la réalisation des projets présidentiels. Le cas contraire sera le pire cauchemar du régime. La cohabitation forcée avec les partis divergents au Chef de l’Etat. Un gouvernement représentant les forces politiques en présence s’avère incontournable dans ce cas de figure, ce qui ne mettra pas à l’aise la concrétisation des lignes de la politique générale de l’Etat, et mettra dans le coin la tentative de modification de suppression du Sénat et de la mise en place de gouverneurs de régions.
En tout cas, le débat est lancé, les parlementaires sont à la mobilisation. L’art de convaincre les parlementaires, la société civile, la société politique, et enfin les électeurs sera ainsi le travail rude des tenants du pouvoir exécutif. Cela suppose que tout se joue sur les législatives du 27 mai.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.