Point de vue : Transformer les paroles en actions

Madagascar entre dans son 13ème mois où un nouveau régime est à sa tête. Des réformes drastiques ont été menées et de nouvelles orientations ont été mises sur pied. Des initiatives ont été prises depuis l’accession au pouvoir du nouveau Président de la République, le 19 Janvier 2019. Maintenant, l’on s’attend aux résultats de ces réformes et mesures nouvelles. Des questions se posent, désormais, du côté des observateurs. Arriveront-ils à maintenir le cap de la croissance économique, engagé depuis 2014 ? C’est la plus grande question que même nos partenaires internationaux se posent. Le taux de croissance de 4,7% de l’année dernière va-t-il être maintenu, voire, révisé à la hausse ? Tout le monde le souhaite en tout cas.
Ceci requiert tout de même une grande célérité des actuels dirigeants. Certains pessimistes ne cachent pas leur crainte de voir cette croissance diminuer. Durant le dernier trimestre de l’année 2019, les investissements publics d’avéraient moroses, les dépenses sont moins importantes et le budget de l’Etat se trouve sabré. La politique d’austérité est désormais en vogue, mais austérité signifie ralentissement des investissements et, par conséquent, ralentissement de la croissance économique. Et encore, la situation vaseuse dans l’administration des Régions est également inquiétante en termes de développement local.
La voie ultime demeure dans le développement exponentiel du secteur privé. Mais là aussi, les mesures de réformes ne sont pas aussi rassurantes. Révision des structures de prix des carburants encore floue, révision des contrats miniers,… des mesures qui vont faire réfléchir les investisseurs internationaux avant qu’ils ne se décident à utiliser leurs capitaux dans la Grande Île.
Mais jusque-là, les institutions de Bretton Woods ne se montrent pas inquiètes. C’est déjà bon signe pour l’actuel régime. Ceci dit, les bailleurs traditionnels approuvent la stratégie adoptée par les actuels dirigeants même si le plan économique PEM n’est pas pour l’instant dévoilé. Il appartient maintenant à l’Exécutif de maintenir le cap du développement que les 24 millions de Malagasy attendent depuis belle lurette.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.