Point de vue : Travail décent : encore du labeur

L’environnement du travail à Madagascar n’est pas encore à un stade assez satisfaisant. Certes, les investisseurs internationaux sont intéressés par la main-d’œuvre bon marché dans le pays. Les grosses entreprises internationales se délocalisent dans la Grande Île, ou plutôt, les prestataires de ces sociétés internationaux sont majoritairement implantés dans le pays. Mais des améliorations restent à faire dans le concret et dans le quotidien des travailleurs du pays.
Des améliorations, elles, portent sur le respect des droits des travailleurs. Jusqu’ici, Madagascar n’enregistre que 9% de syndicalisation. Cela signifie-t-il que les syndicats ne sont pas assez convaincants dans le pays ou bien les travailleurs sont moins intéressés par leurs droits ? Le constat est palpable puisque c’est le patronat qui fait souvent la pluie et le beau temps dans plusieurs cas de contentieux. Souvent le non-respect des droits du travail demeure une habitude amenant ainsi le ministère de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales à suivre de près le respect des textes. Les employés des zones franches et ceux des industries de transformation en sont, dans la majorité des cas, victimes de pressions illégales et de formes d’esclavage des fois. La classe ouvrière souffre de cette inégalité de traitements.
«Il vaut mieux accepter que d’être au chômage». Une phrase assez bouleversante que confient, dans la plupart des cas, les employés qui travaillent plus de 8 heures pour ne toucher qu’un salaire inférieur au salaire minimum d’embauche. Eh oui, il y a encore ceux qui ne respectent pas les décisions du gouvernement sur la grille salariale dans le privé et pour couronner cet irrespect, certaines boites ne se privent pas d’omettre volontairement les cotisations sociales de leurs employés. Le développement passe certainement par les investissements et les créations d’emploi, mais il faut aussi dire que le non-respect de l’aspect social ne fera qu’alimenter des frustrations pouvant ainsi aller jusqu’aux révoltes.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.